L’équipe de Lina Boivin a déposé une plainte au commissaire aux élections fédérales, au cours des derniers jours, concernant les dépenses électorales des conservateurs.

Les libéraux accusent les conservateurs de trop dépenser dans Chicoutimi-Le Fjord

(Laura Lévesque) - L’équipe libérale de Lina Boivin exige la tenue d’une enquête sur les dépenses électorales du Parti conservateur du Canada (PCC). Selon eux, le candidat Richard Martel aurait dépassé le plafond des dépenses permis dans l’élection partielle dans Chicoutimi–Le Fjord, soit 69 296,63 $, en raison de la diffusion d’une campagne provinciale.

C’est ce que prétend le Parti libéral du Canada (PLC) qui a fait parvenir une plainte au commissaire aux élections fédérales.  

« Compte tenu de ce qui a été rapporté à propos des coûts de la campagne publicitaire (nationale), des autres dépenses du PCC dans la circonscription constatées sur le terrain et du plafond de dépenses applicable à cette élection partielle, il nous semble probable que le PCC dépasse le maximum établi  », peut-on lire dans la lettre signée par l’agent officiel de Lina Boivin, Nicolas Lachance, et dont Le Quotidien a obtenu copie.

L’équipe fait principalement référence à la nouvelle campagne publicitaire du PCC, dans laquelle le chef Andrew Scheer tente de séduire les Québécois en vue des élections générales de 2019. De l’avis même des conservateurs, des centaines de milliers de dollars ont été investis dans cette campagne publicitaire qui est notamment diffusée dans la circonscription de Chicoutimi–Le Fjord, où une élection partielle est en cours. Une diffusion et une production qui doivent faire partie des dépenses du candidat local, Richard Martel. 

Richard Martel

La production au complet

Selon les règlements publiés par Élections Canada, les dépenses engagées pour une publicité effectuée en période électorale, y compris les coûts de production et de diffusion, doivent en effet être déclarées à titre de dépenses électorales. 

« Alors que le PCC pourra exclure les frais de placement des messages publicitaires non diffusés dans la circonscription de Chicoutimi– Le Fjord, il devra inclure dans la partie 3a de son Rapport financier annuel d’un parti enregistré de 2018 tous les frais de production et de placement des publicités diffusées à l’échelle de la province dans différents médias. Seules les publicités régionales qui ne touchent pas la circonscription de Chicoutimi–Le Fjord seraient exclues de la partie 3a  », rappelle l’agent officiel.

L’équipe demande une intervention rapide pour «  faire cesser toute violation possible de la Loi électorale du Canada ».

Les peines reliées au non-respect de la loi électorale sont variées. Mais en ce qui concerne le dépassement des dépenses électorales, une personne fautive s’expose à une sanction allant d’une amende de quelques milliers de dollars à une peine de prison.

L’élection dans Chicoutimi-Le Fjord, rappelons-le, se tient dans moins de trois semaines.

Invitée à commenter la situation, la candidate libérale a rappelé l’importance de respecter les règles démocratiques, sans toutefois pointer du doigt son adversaire conservateur. 

« D’abord et avant tout, l’obligation de toute campagne est de suivre les règles et de respecter notre processus démocratique. Mon équipe de campagne a fait part de cette question importante au commissaire aux élections fédérales pour qu’il l’étudie et la soumette à une enquête appropriée. De mon côté, je vais me concentrer sur mon travail avec Justin Trudeau pour créer de bons emplois ici même, dans Chicoutimi–Le Fjord, et offrir une aide concrète aux familles et aux aînés de toute notre collectivité », répond la femme d’affaires.

Le Parti conservateur du Canada a lancé récemment la campagne «À l’écoute des Québécois», qui comprend notamment ce site Internet.

AU PRORATA, RÉPLIQUE LE PCC

(Dominique Gobeil) - L’équipe du candidat conservateur Richard Martel assure que les dépenses liées à la publicité du chef Andrew Scheer ont été prévues et qu’il n’y a pas lieu de se plaindre à ce sujet tant que le rapport financier n’est pas déposé après les élections.

«On ne peut pas faire une plainte sur une dépense qui n’a pas encore été comptabilisée dans un rapport enregistré», s’indigne la responsable des communications Catherine Major, qui travaille auprès de M. Martel. Le candidat lui-même n’a pas voulu s’exprimer sur le sujet étant donné le manque de sérieux de la plainte, de l’avis des conservateurs.

Selon Mme Major, les frais de diffusion et de production de la campagne publicitaire visée seront calculés au prorata pour être inclus dans les dépenses de Richard Martel pour l’élection partielle dans Chicoutimi- Le Fjord.