Le Saguenay–Lac-Saint-Jean vieillit plus vite que l’ensemble du Québec.

Les jeunes les plus actifs sexuellement dans la province

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean vieillit plus vite que le reste de la société québécoise, malgré le fait que les 15-29 ans de la région soient plus actifs sexuellement que les autres jeunes du Québec, selon le Regard statistique sur la jeunesse, un document publié lundi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Le document, qui dresse le portrait de la génération des 15-29 ans selon plusieurs thèmes, confirme plusieurs tendances démographiques. Il démontre que les 15-29 ans de la région sont les jeunes qui sont les plus actifs sexuellement au Québec. En effet, 84 % d’entre eux ont des relations sexuelles régulières, contre 74 % dans la province. Ils ont cependant moins de partenaires ; 74 % d’entre eux en ont eu seulement un dans leur vie.

Population vieillissante

De l’autre côté du spectre, l’ISQ démontre, chiffres à l’appui, que le vieillissement de la population prend de l’ampleur année après année dans la région. Les jeunes représentent une portion de moins en moins importante dans la population régionale. Si les 0-14 ans comptaient pour 20,1 % de la population en 1996, ils ne sont plus que 14,8 % (2018). On remarque un mouvement similaire chez les 15-29 ans, qui étaient 20,8 % de la population en 1996 et qui sont maintenant 15,6 % de la population.

Le mouvement inverse se produit du côté des aînés. Ils étaient 10,5 % de la population en 1996 ; aujourd’hui, 22 % des citoyens ont plus de 65 ans. À titre de comparaison, dans l’ensemble de la province, la tranche d’âge des aînés compte pour 18,8 % de la population.

Et si la société en général prend de l’âge, ce n’est pas parce que les couples régionaux font moins d’enfants. Le taux de fécondité est légèrement supérieur ici que dans l’ensemble de la province – 1,69 par femme dans la région contre 1,59 au Québec. Les femmes du Saguenay et du Lac-Saint-Jean ont aussi leur premier enfant quelques mois plus tôt en moyenne que la femme typique québécoise – 29,2 ans contre 30,7.

Ce renversement de la pyramide des âges fait qu’il est plus facile de se trouver un emploi. Le taux de chômage était de 7,7 % en 1996 chez les jeunes. Plus de 20 ans plus tard, il est de 2,3 %.

Par ailleurs, le Saguenay–Lac-Saint-Jean est une des régions qui accueille le moins d’immigrants. Si on retrouve 14,8 % d’immigrants dans l’ensemble de la société québécoise, dans la région, on compte ici seulement 1,4 % de personnes issues de l’immigration.

Scolarité et alcool

L’analyse statistique de l’ISQ fait un portrait en demi-teinte de la jeunesse régionale. Si les jeunes de la région sont moins nombreux à posséder un diplôme d’études universitaire que ceux que la moyenne québécoise – 32 % dans la région, contre 43,8 % au Québec –, ils sont un peu plus nombreux à terminer des études collégiales ou professionnelles – 53 % contre 49,2 %.

En dépit de toutes les campagnes pour les saines habitudes de vie, les jeunes de la région sont généralement plus sédentaires. Ainsi, 51,9 % des jeunes régionaux se disent actifs, alors que le pourcentage atteint 54 % dans la province. Plus d’une personne sur quatre se dit sédentaire dans la région (27,5 %).

Les jeunes adultes de la région sont aussi plus nombreux à consommer de l’alcool. Quatre jeunes de 15 à 29 ans sur cinq se considèrent comme un buveur régulier.

Selon les chiffres, 41,4 % des 15-29 ans sont des consommateurs excessifs d’alcool, c’est-à-dire qu’ils boivent au moins cinq verres chez les hommes et quatre verres chez les femmes dans une même soirée, et ce, au moins une fois par mois sur une période de 12 mois.