Les candidats Yves Laporte, Gisèle Dallaire, Rémy Leclerc, Richard Hébert et Marc Maltais sollicitent la confiance des électeurs jeannois.

Les Jeannois aux urnes

Les électeurs de Lac-Saint-Jean sont appelés aux urnes, aujourd’hui. Déjà, 5847 personnes ont voté par anticipation, bien moins que les 9892 personnes qui avaient fait de même lors de la dernière élection générale. L’élection partielle a lieu en raison de la démission du député conservateur Denis Lebel. Voici un portrait de la circonscription.

84 829

Électeurs inscrits

105 783

Habitants (population totale)

60 405

Superficie en km2

De la visite pour Gisèle Dallaire

La candidate néo-démocrate, Gisèle Dallaire, a eu la visite du président du caucus québécois du NPD, Robert Aubin, ce week-end. Mme Dallaire a dressé un bilan positif de sa campagne, affirmant qu’elle avait hâte de représentant les Jeannois à la Chambre des communes. « J’ai fait campagne sur le terrain, à faire ce que je fais le mieux : aller à la rencontre des gens et écouter leurs préoccupations », a-t-elle indiqué. (Patricia Rainville)

Richard Hébert annonce son plan

À deux jours de l’élection partielle dans Lac-Saint-Jean, Richard Hébert a annoncé ses principales priorités pour la vaste circonscription, samedi. 

Les cinq grandes priorités de Richard Hébert sont les suivantes : stimuler l’économie et créer de bons emplois pour la classe moyenne ici même au Lac-Saint-Jean ; améliorer la qualité de vie des aînés ainsi que la qualité des soins de santé et des soins à domicile ; appuyer le taux d’imposition plus faible pour les familles de la classe moyenne et verser plus d’argent aux familles avec enfants ; réduire le taux d’imposition des petites entreprises et protéger les emplois dans des industries [...] comme celle du bois d’œuvre ; et finalement veiller à ce que les besoins de la région soient au cœur des décisions prises au Parlement. (Jonathan Hudon)

Rémy Leclerc surpris

Le candidat conservateur Rémy Leclerc a attaqué le candidat libéral, Richard Hébert, dimanche, dans un communiqué de presse.

« Je suis surpris de voir que mon adversaire libéral a présenté ses priorités, à moins de 48 heures du vote, sans prendre d’engagements précis. J’ai fait trois débats avec lui et il n’a jamais parlé de ses priorités. Si Richard Hébert veut défendre les familles, l’industrie forestière et les agriculteurs, il est dans le mauvais parti. (...) les libéraux ont voté contre une motion supportant les travailleurs forestiers et ils ont admis que la gestion de l’offre est sur la table des négociations pour le renouvellement de l’ALENA. C’est triste de voir M. Hébert porter les couleurs d’un parti qui est déconnecté des enjeux qui touchent une région comme la nôtre », a affirmé M. Leclerc. (Katerine Belley-Murray)


Martine Ouellet et Marc Maltais

Marc Maltais confiant

Le vent a tourné, assure le candidat bloquiste Marc Maltais. « On partait de loin, mais les indépendantistes rentrent au bercail. »

Rappelant que la circonscription n’a « pas de racines libérales », Marc Maltais affirme que « les phrases creuses de Justin Trudeau ont laissé les gens sur leur faim ».

« Il (le premier ministre) est venu ici en toute fin de campagne parce qu’il voit bien que son parti est dans l’eau chaude dans Lac-Saint-Jean. Durant son passage, on a pas entendu un mot de Richard Hébert. Ce n’est pas un représentant comme ça que les gens veulent à Ottawa. J’espère voir les gens du Lac-Saint-Jean lancer un message clair à Ottawa. Les gens sont cyniques face à la classe politique en général. Ils sont dégoûtés des promesses, écoeurés. Je n’en ai fait aucune. J’ai seulement pris l’engagement de demeurer à l’écoute, et c’est ce que je compte faire si je suis élu. »

Dimanche, la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, était de passage dans la région pour soutenir Marc Maltais. (Katerine Belley-Murray)