Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Habitations du Parc, sur la rue Bégin, à Chicoutimi.
Les Habitations du Parc, sur la rue Bégin, à Chicoutimi.

Les Habitations du Parc accueillent leurs premiers locataires

Ariane Gobeil
Ariane Gobeil
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le complexe Les Habitations du Parc, à Chicoutimi, accueille depuis le début mars, ses premiers locataires. Ce projet de logements adaptés, unique au Québec, comprend 59 unités destinées à des personnes vivant avec une déficience intellectuelle ou physique ou un trouble du spectre de l’autisme. Une gamme de services élaborés vient en soutien aux usagers et favorise l’autonomie.

À l’occasion de la Semaine québécoise de la déficience intellectuelle, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CIUSSS), de concert avec les partenaires impliqués dans ce projet, souhaitent souligner le début de l’intégration progressive des onze usagers vivant avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme dans les immeubles situés en face du parc Rosaire-Gauthier, sur la rue Bégin, à Chicoutimi.

Ce complexe de trois unités comprend 99 appartements subventionnés dont 34 sont présentement occupés. Initié en 2016, ce projet d’habitation unique au Québec permettra à des personnes ayant des besoins particuliers de vivre en appartement de manière autonome, tout en bénéficiant d’un grand éventail de services tels qu’un soutien à domicile et la présence d’une éducatrice spécialisée. Quarante appartements sont également réservés à des personnes ayant un revenu modeste. Quatre types de clientèles cohabitent ainsi dans un même espace.

« Notre clientèle et leur famille font face à de nombreux préjugés au quotidien. Le projet des Habitations du Parc démontre que lorsqu’on prend le temps d’écouter les personnes vivant avec une différence, et qu’on s’investit à les accompagner dans leur cheminement de vie et dans leur réadaptation, leur participation sociale ne peut que s’émanciper », indique Mélanie Harvey, chef en réadaptation pour le programme DI-TSA-DP du CIUSSS.

Plusieurs partenaires ont soutenu cette initiative dont l’Association pour le développement de la personne handicapée intellectuelle du Saguenay (ADHIS), la fondation Jean Allard, le CIUSSS, Ville de Saguenay, l’Office municipal d’habitation de Saguenay (OMHS) et Hébergement plus, ainsi qu’Andrée Laforest, députée de Chicoutimi et ministre responsable du Saguenay-Lac-Saint-Jean.