Il est maintenant possible pour les visiteurs du Zoo sauvage de Saint-Félicien d’observer les géladas.

Les géladas s’installent

Les visiteurs du Zoo sauvage de Saint-Félicien peuvent maintenant observer les géladas. Les nouveaux pensionnaires ont mis le nez dehors jeudi matin afin de découvrir leur nouvel environnement.

La quarantaine imposée par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, procédure normale lorsque les animaux proviennent de l’international, a été levée jeudi matin, à 7 h. Les portes du bâtiment de nuit ont rapidement été ouvertes afin que les primates arrivés d’Allemagne le 29 mai dernier s’installent dans leur nouvel habitat. 

Les quatre mâles âgés de 5 à 7 ans vivent dans l’ancien habitat des ours blancs qui a été adapté pour eux. Ils sont les seuls de leur espèce à pouvoir être observés au Canada. Les visiteurs du site pourront constater que les géladas communiquent entre eux avec des sons et des mimiques. 

Jeudi matin, le mâle dominant est le premier à être sorti dehors. Il a rapidement été suivi des autres. 

« Les voir dans l’habitat allait au-delà des attentes des employés. L’habitat ne pourrait leur offrir de meilleures conditions pour leur bien-être. Ces primates recherchent les falaises naturelles en nature, donc l’aménagement rocheux avec cascade d’eau est idéal pour laisser libre cours aux comportements naturels de l’espèce », affirme le Zoo sauvage dans un communiqué. 

Deux géladas de quatre ans qui proviennent de la France viendront compléter le groupe d’ici quelques semaines.