Décidément, les astres s'étaient alignés afin que la soirée d'hier soit sous le signe de Voivod. En effet, la formation originaire de Jonquière a su livrer une prestation énergique où la nostalgie a savoureusement cohabité avec la modernité.

Les fils de Jonquière

Décidément, les astres s'étaient alignés afin que la soirée d'hier soit sous le signe de Voivod. En effet, la formation originaire de Jonquière a su livrer une prestation énergique où la nostalgie a savoureusement cohabité avec la modernité.
Tout autour de la place Nikitoutagan, on pouvait entendre les milliers de fans scander avec fébrilité le nom de la formation. Près de 32 ans auparavant, le groupe faisait ses débuts au même endroit. Or, les membres de Voivod ont bien signifié qu'ils avaient les pieds bien ancrés dans le présent, et les yeux rivés vers demain.
L'exercice aurait toutefois pu s'avérer périlleux, étant donné le récent départ inattendu du bassiste Jean-Yves "Blacky" Thériault. Toutefois, il faut rendre à Voivod ce qui revient à Voivod, et disons-le, le groupe a misé sur le bon musicien en recrutant Dominic "Rocky" Laroche. Ce dernier, bien connu des fans du prolifique guitariste Steve Hill, a admirablement relevé le défi que comportait ce remplacement de toute dernière minute. On a d'ailleurs entendu à plusieurs reprises dans la foule des fans de la première heure qui ne pouvaient s'empêcher de faire remarquer leur étonnement à cet effet.
Quant aux membres bien établis de Voivod, les attentes ont été largement comblées. Michel "Away" Langevin, batteur du groupe, a littéralement enflammé ses fûts et gageons qu'il a contribué à augmenter de façon considérable le rythme cardiaque des spectateurs présents avec son jeu infernal de double bass-drum. Digne héritier de Denis "Piggy" D'Amour, le guitariste Dan "Chewy" Mongrain a fait honneur à son prédécesseur en se lançant dans des solos à faire exploser une feuille de partitions musicales. Pour sa part, Denis "Snake" Bélanger a livré une prestation de feu au micro, provoquant de multiples réactions de bonheur auprès du public, tout en affichant régulièrement un sourire des plus sincères.
Fait plutôt singulier pour une formation ayant une aussi longue feuille de route, autant les titres provenant des premiers albums que ceux tirés de leurs disques récents ont été accueillis par le public avec grand enthousiasme. Ici, c'est l'ensemble de l'oeuvre de Voivod qui était célébrée et visiblement, le groupe sur scène ainsi que les fans étaient au même diapason.
Faisant écho à la cérémonie qui avait précédé le concert quelques heures auparavant, le chanteur de Voivod a fait part d'une certaine incrédulité qui l'habitait toujours. «S'il y a quelque chose qu'on n'aurait jamais pensé être un jour dans notre vie, c'est bien d'être des ambassadeurs.» Un peu plus tard, le chanteur se souvenait qu'il y avait 32 ans déjà, c'est au bord de la même rivière que l'aventure de Voivod débutait. «Aujourd'hui, vous nous avez reçus comme des rois. On capote. Merci beaucoup.»
Et pendant que les nombreux fans scandaient toujours le nom de Voivod, telle la rivière à proximité de la scène, l'odyssée de Voivod suivait son cours.