Les étudiants disent oui

Les étudiants de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ont accepté à 60 pour cent l’ajout de 40 $ en frais, par trimestre, afin de pouvoir utiliser le service du transport en commun gratuitement sur le territoire de Saguenay.

Les membres du Mouvement des Associations générales étudiantes de l’UQAC (MAGE-UQAC) ont dévoilé les résultats de la consultation menée durant deux jours auprès des étudiants de la maison d’enseignement.

Avec une contribution de 40 $ par trimestre, les étudiants auront un accès illimité aux autobus de la Société de transport de Saguenay (STS). Ils auront accès aussi à une flotte de vélos électriques à usage exclusif aux étudiants et à un tarif préférentiel pour des voitures (trois) électriques en autoportage.

« En discutant avec nos membres, leurs raisons de voter étaient multiples, mais de manière générale, ils reconnaissent le bien-fondé des développements prévus par la STS », a mentionné Matthieu Cox, président du MAGE-UQAC, dans un communiqué de presse. 

Les étudiants ont aussi pris en compte l’amélioration des circuits, l’arrivée d’une navette sur le boulevard Talbot, la présence de stationnements incitatifs et les vélos et voitures électriques.

À la STS, le directeur général Jean-Luc Roberge s’est réjoui de ce vote favorable qui démontre, selon lui, l’ampleur de l’engagement, de la vision et de la volonté de donner l’exemple en matière de transport actif.

« Ce soutien important des étudiants, ainsi que le très fort taux de participation à la consultation, démontre comment Accès libre a fortement interpellé la communauté étudiante. Nous sommes enthousiastes à l’idée de déployer ce projet qui s’inspire des meilleures pratiques mondiales de mobilité durable », a écrit M. Roberge dans un communiqué de presse.

Il estime que le résultat très positif envoie un puissant signal à l’ensemble de la communauté régionale et que ça pourrait inciter d’autres institutions à suivre le mouvement.

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, ainsi que le président de la commission de développement durable, Simon-Olivier Côté, se sont dits «très satisfaits» du résultat du référendum, dans un communiqué émis vendredi en fin d’après-midi. «La démocratie a parlé et je me réjouis que le projet Accès libre ait été bien accueilli par la population universitaire», a déclaré Mme Néron.

Simon-Olivier Côté a pour sa part souligné que l’initiative cadre parfaitement avec le plan de développement durable de la municipalité.