Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un arbre de Noël a été décoré aux couleurs syndicales durant la manifestation.
Un arbre de Noël a été décoré aux couleurs syndicales durant la manifestation.

Les employés du Collège d’Alma manifestent

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Une trentaine d’employés du Collège d’Alma ont tenu à braver le froid, mercredi midi, afin de souligner l’absence d’avancement dans les négociations des secteurs public et parapublic avec Québec.

Le Syndicat des enseignantes et enseignants du Collège d’Alma (SEECA), ainsi que le Syndicat des employées et employés de soutien du Collège d’Alma (SEESCA), tous deux affiliés à la CSN, se joignent donc aux nombreuses organisations syndicales régionales qui ont dénoncé cette situation dans les dernières semaines.

Les manifestants ont profité de l’occasion pour décorer des arbres de Noël aux couleurs syndicales, afin d’illustrer au gouvernement que le plus beau des cadeaux pour les travailleurs serait le règlement de leur nouvelle convention collective, puisque l’actuelle est échue depuis le 31 mars dernier.

«C’est important de rappeler que nous aussi, on soutient le système à bout de bras. Nous avions demandé au gouvernement de suspendre les négociations le temps de la pandémie, mais ça nous a été refusé. Nous sommes donc de retour à la table depuis mai, et ça n’avance pas. Il y a des discussions aux tables centrales et sectorielles, mais nous ne sentons pas de débouchés. À la veille du temps des Fêtes, on veut rappeler que nous avons hâte d’avoir une entente satisfaisante, autant au niveau des salaires qu’au niveau des conditions de travail en général», explique la présidente de la SEECA, Nathalie Munger.

Une trentaine d’employés du Collège d’Alma ont souligné l’absence d’avancement dans les négociations avec Québec.

Même constat du côté des employés de soutien, qui revendiquent de meilleures conditions salariales afin de résoudre les problèmes d’attraction liés à leur domaine. «Ç’a des côtés négatifs pour les employés, mais aussi pour la direction qui a de la difficulté à recruter des employés. Par exemple, un salaire de menuisier au cégep, c’est aux alentours de 20,00$ à 23,00$ l’heure. Tandis qu’un menuisier sur la construction va être au-dessus de 30,00$ l’heure. Ça se retrouve aussi dans d’autres corps de métier», précise le président de la SEESCA, Yves Girard.

Le SEECA et le SEESCA représentent au total 245 personnes au Collège d’Alma.