Un premier moment de friction est survenu lorsque Christine Boivin, conseillère du secteur Lac-Kénogami et représentante de l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD), a interrogé le maire Tremblay sur l'octroi d'une somme supplémentaire de 200 000 $ au Camping Jonquière lors d'une modification à un règlement d'emprunt.

Les échevins commencent à parler

Le scénario des séances du conseil de Saguenay se modifie peu à peu alors que de plus en plus de conseillers municipaux prennent la parole avec le retour d'une période d'interventions qui leur est réservée.
<p>Bernard Noël</p>
Hier à La Baie, les élus ont siégé devant une salle remplie au bouchon alors que plusieurs citoyens se sont mobilisés pour assister aux délibérations tout en exprimant leur humeur sur certaines déclarations.
«Demande à ta belle-mère»
Un premier moment de friction est survenu lorsque Christine Boivin, conseillère du secteur Lac-Kénogami et représentante de l'Équipe du Renouveau démocratique (ERD), a interrogé le maire Tremblay sur l'octroi d'une somme supplémentaire de 200 000 $ au Camping Jonquière lors d'une modification à un règlement d'emprunt. Mme Boivin voulait savoir à quoi servirait l'argent et si la hausse était justifiée. Quelques instants plus tôt, la conseillère Julie Dufour s'était dite surprise de lire en fin de semaine dans le Progrès-Dimanche que le tiers du budget de l'organisme provenait de subventions de la ville. En réponse à la question, le maire Tremblay a déclaré à la conseillère Boivin qu'elle devrait demander ces renseignements à sa belle-mère Hélène Tremblay puisque cette dernière occupe le poste de présidente du conseil d'administration du camping. « Ma belle-mère, c'est ma belle-mère. Les gens de Lac Kénogami se préoccupent de la gestion du Camping Jonquière. J'ai dit aux gens qu'on veut obtenir les états financiers du Camping Jonquière. »
À la suite de la manifestation du public, le maire a averti la salle qu'il n'est pas question de se faire interrompre. « Vous allez voir que je ne suis pas peureux. Je n'ai pas dans la tête les chiffres des 250 organismes. C'est une chicane de famille. C'est votre belle-mère » a répliqué M. Tremblay.
L'intervention du président de l'arrondissement de Jonquière a permis d'apprendre que l'argent supplémentaire servirait à l'aménagement d'emplacements de camping supplémentaires. « Le but que l'on poursuit est que le camping devienne autonome et n'ait plus à demander de subventions à la ville.
Interventions des conseillers
La période d'intervention des conseillers a permis aux élus Jean-Yves Provencher et Bernard Noël de répondre à ceux qui affirment publiquement que les conseillers ne font qu'entériner des décisions sans débats. M. Provencher a déclaré que beaucoup de discussions sont faites lors des comités et commissions, ce qui permet aux élus de s'exprimer sur tous les sujets. De son côté, le conseiller Noël a dit être peiné de lire dans les journaux que les élus ne sont que des pantins puisque les conseillers en place travaillent très fort de sorte que s'il avait à comptabiliser les heures de travail, le taux horaire serait en bas du salaire minimum.
Interrogé sur la nouvelle dynamique du conseil municipal, le maire Tremblay se demande si ces débats font avancer la ville. « Quand t'as 30 % des votes, t'as pas 30 % du pouvoir. »
Du côté de l'ERD, le chef, Paul Grimard, voit au contraire dans le retour des interventions des conseillers une nouvelle façon de faire de la politique. Il estime toutefois que les réponses aux questions posées manquent de profondeur.