L’objectif de cette initiative vise à limiter les répercussions négatives de la situation actuelle sur la progression des apprentissages des élèves.

Les cours reprendront en ligne au Séminaire Marie-Reine-du-Clergé

La pandémie qui sévit mondialement a forcé le gouvernement du Québec à fermer toutes les écoles. Toutes? Non! Une école secondaire du Lac-Saint-Jean résiste encore et toujours à l’envahisseur nommé COVID-19. Cette école? Le Séminaire Marie-Reine-du-Clergé (SMRC).

Ainsi, les quelque 250 élèves de l’institution scolaire poursuivront dorénavant leurs études à la maison. Le SMRC ne fait pas cavalier seul. Plusieurs autres établissements d’enseignement privés ont aussi choisi de poursuivre leur mission éducative malgré la crise du coronavirus.

La direction affirme que cette décision s’est prise après de nombreux échanges avec les différentes instances ministérielles et gouvernementales, et ce, même si les examens ministériels sont annulés et que le gouvernement provincial pourrait annoncer prochainement la fin de l’année scolaire.

Dans une lettre envoyée aux parents, la directrice des services pédagogiques du SMRC, Tania Larouche, expliquait cette décision qui vise principalement à assurer une continuité dans le cycle d’apprentissage des élèves.

« Malgré tout, il nous apparaît primordial de faire notre part pour limiter les répercussions désastreuses de la situation actuelle sur la progression des apprentissages de nos élèves, d’autant plus que nous sommes persuadés de détenir l’expertise nécessaire à l’aménagement d’un modèle d’enseignement à distance », pouvait-on lire.

La direction fait aussi mention de plusieurs autres avantages liés au maintien des cours à distance. Parmi eux, conserver un lien avec des personnes significatives en dehors du cercle familial, donner toutes les chances de réussite aux élèves à risque, responsabiliser les adolescents et les amener à prendre en main leur réussite et, bien entendu, limiter les heures passées à jouer à des jeux vidéo!

Début des cours

En entrevue avec Le Quotidien, la directrice des services pédagogiques assure avoir reçu l’aval des enseignants et des parents pour faire avancer ce dossier.

« On avait validé avec le comité de parents et il était très enthousiaste. On a aussi sondé notre personnel et ce fut unanime. On a 22 enseignants et les 22 ont voté oui! Tout le monde avait la même envie de poursuivre les apprentissages à la maison. »

Les cours débuteront donc officiellement le lundi 30 mars 2020, selon un horaire régulier, mais qui sera tout de même adapté à la réalité actuelle des élèves. Les contenus sont adaptés et allégés.

De plus, les enseignants auront recours à la technologie des visioconférences, laquelle permet une rencontre virtuelle en temps réel avec leurs élèves.

Difficultés d’apprentissage

En ce qui concerne les élèves aux prises avec certaines difficultés d’apprentissage, la directrice croit disposer des ressources nécessaires pour qu’aucun élève ne soit pénalisé.

« On a deux orthopédagogues qui travaillent dans notre école et les deux ont créé des groupes de discussion pour aider les élèves ciblés tout au long de cette aventure. Ils vont les aider à résoudre des problèmes et ils pourront aussi se parler en s’appelant via Messenger. »

Évaluations

Toutes les matières seront enseignées. Toutes, sans exception. Du français aux mathématiques, en passant par l’éducation physique. La plateforme Google Classroom a été choisie pour l’enseignement à la maison.

Dès 9h, l’élève devra se brancher à la plateforme Web pour consulter ses cinq cours de la journée. Pour chacun des cours à l’horaire, l’enseignant aura déposé un nouveau devoir à faire.

Comment faire pour évaluer le tout? Encore là, la directrice croit que plusieurs options s’offrent aux enseignants.

« On envisage d’évaluer les élèves à distance. En anglais, par exemple, les élèves pourraient faire des vidéos. On croit qu’il existe plusieurs solutions. »

Les cours se feront à distance, à la maison, grâce à la plateforme Google Classroom.