André Rayes, lieutenant politique du Québec pour le Parti conservateur du Canada.

Les conservateurs prêts à faire feu

Le caucus conservateur du Québec a fourbi ses armes pour attaquer le gouvernement de Justin Trudeau et remporter l'élection partielle dans Lac-Saint-Jean.
« Nous avons eu une période de travail fructueuse ici à Roberval. Nous avons ciblé les enjeux névralgiques pour le Québec qui touchent directement les gens de la circonscription de Roberval », a lancé le lieutenant politique du Québec, Alain Rayes.
Ces enjeux sont la protection de la gestion de l'offre, la crise du bois d'oeuvre, le manque de main-d'oeuvre au Québec, le renouvellement de l'ALÉNA et la légalisation de la marijuana.
« Le gouvernement libéral ne réussit pas à faire avancer ces projets. Ce sont des sujets importants que nous allons amener lors la rentrée parlementaire. Pour la gestion de l'offre, Justin Trudeau dit qu'il veut la protéger, mais n'a rien fait de concret. Pire, il a voté pour une motion contre la gestion de l'offre », a-t-il affirmé lors d'une entrevue mercredi matin.
Les députés et sénateurs conservateurs se sont réunis pendant deux jours à Roberval pour préparer la rentrée parlementaire. Mercredi, dans la journée, ils ont rencontré des producteurs de bleuets et des producteurs agricoles pour discuter de différentes problématiques. Ils ont aussi pris le temps de rencontrer des élus, dont les maires de Saint-Prime et de Saint-Félicien.
Le but de ce caucus à Roberval était aussi de se préparer en vue l'élection partielle qui devrait être déclenchée bientôt. On ne veut surtout pas perdre cette circonscription que les conservateurs détiennent depuis dix ans grâce à la popularité de Denis Lebel.
Justement est-ce que Denis Lebel était plus populaire que le parti ? « C'est un député qui était très aimé. Et Rémi a fait tout un travail comme adjoint. Cette partielle sera une campagne d'enjeux plus que de popularité. Il ne faut pas voter pour un beau premier ministre, mais pour un bon. Ce qui n'est pas le cas de Justin Trudeau », a décroché Alain Rayes. 
Marijuana
Évidemment, la légalisation de la marijuana sera au coeur des débats. « Faites un vox pop dans la rue à Roberval voir ce que les gens en pensent du pot, vous allez vite comprendre que c'est l'enjeu de cette partielle. Mardi soir au bar, c'était la discussion, et tout le monde était contre. Il y a des incohérences dans le projet de légalisation, car monsieur Trudeau dit vouloir sortir le crime organisé de ce secteur et qu'il ne sera plus accessible aux jeunes. Or, de nombreux spécialistes, dont le chef de la GRC, affirment le contraire », avance-t-il.
Il presse donc le candidat libéral dans Lac-Saint-Jean de répondre aux inquiétudes des gens. « Il va falloir que Richard Hébert explique pourquoi un vote pour lui, c'est un vote pour la légalisation du pot. Il devra aussi s'exprimer sur les conséquences de la taxe sur les PME et la protection de la gestion de l'offre », a avisé le député de Richmond-Arthabaska.
Ce dernier assure qu'il visitera souvent la circonscription pour prêter main-forte au candidat Rémi Leclerc. Il est persuadé que la lutte se fera à deux. Il ne croit pas aux chances du Bloc québécois ou du Nouveau Parti démocratique de faire élire un candidat dans Lac-Saint-Jean. « Il ne faut pas négliger les adversaires, mais il est clair que les libéraux sont nos véritables rivaux. »