Le député de Chicoutimi–Le Fjord Richard Martel croit que les libéraux m’onbt pas fait mieux pour l’environnement.

Les conservateur et l'environnement: Martel promet du concret

La question de l’environnement a retenu l’attention, au conseil général québécois du Parti conservateur du Canada (PCC) qui avait lieu ce week-end. Si les détails entourant le plan environnemental qui doit être annoncé au Québec par le chef Andrew Scheer au cours des prochaines semaines n’ont pas été dévoilés, le député de Chicoutimi–Le Fjord, Richard Martel, assure que sa formation livrera un projet « concret » aligné avec les grands projets économiques fort attendus au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

« Notre plan environnemental, on ne le sort pas tout de suite et c’est stratégique. On va le sortir en temps et lieu. Ce n’est pas parce qu’on n’en a pas, c’est qu’on va avoir quelque chose de solide, de concret, qui va être mesurable et observable. C’est sûr que les libéraux veulent que ça sorte tout de suite, parce qu’ils veulent s’ajuster à notre plan. C’est écrit dans le ciel », a indiqué le député au lendemain de sa participation au conseil général qui a réuni environ 800 personnes à Victoriaville. L’ex-chef bloquiste Michel Gauthier, devenu militant du PCC au cours des derniers mois, y est allé d’une sortie fracassante contre les environnementalistes, qui détiendraient selon lui le monopole du débat sur l’exploitation pétrolière, un dossier phare du programme conservateur. Pour Richard Martel toutefois, les causes de l’environnement et du développement économique doivent continuer d’évoluer en parallèle et il insiste pour rappeler que, selon lui, les libéraux n’ont pas l’exclusivité de la défense de l’environnement.

« On est pour l’environnement, comme tout le monde. Statistiquement parlant, les libéraux n’ont rien fait de mieux que nous autres. C’est une perception que les gens ont, que les libéraux sont plus environnementaux que nous. Ils n’ont aucun résultat qui prouve qu’ils sont meilleurs que nous en environnement. Avant qu’ils viennent nous dire qu’on est un parti pour le pétrole, [rappelons-nous] qu’ils l’ont tout de même acheté le pipeline [Trans Mountain]. Nous, quand on a été au pouvoir, on a fait baisser les émissions de gaz à effet de serre de 2 %, ce que les libéraux n’ont pas réussi à faire. Alors c’est juste une question de perception », affirme le député de Chicoutimi–Le Fjord.

Conscient de l’importance pour la région de projets tels que ceux de Gazoduq et d’Énergie Saguenay, Martel rappelle que ces projets se feront, que ce soit ici ou ailleurs.

« On n’est pas pour couper tous les projets de développement économique. Toutes les entreprises travaillent pour faire attention à l’environnement. Il y a énormément d’amélioration qui est faite de ce côté-là, et ça va continuer. S’il y a des projets de développement économique qui ne sont pas faits ici, ils vont être faits ailleurs. Autant les avoir en bonne et due forme, avec les normes environnementales, ici dans la région », assure Richard Martel, qui a également participé samedi soir au souper-bénéfice de la Corporation de la rivière Saint-Jean-Saguenay, à L’Anse-Saint-Jean.