La manifestation avait lieu mardi matin, à La Baie.

Les conducteurs d’autobus devant les bureaux de Serge Simard

Des conducteurs d’autobus ont manifesté devant les bureaux du député de Dubuc, Serge Simard, mardi matin. Une soixantaine de membres du Syndicat du transport scolaire du Saguenay-CSN et du Syndicat national du transport écolier du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont massés sur la rue Albert, à La Baie, en guise d’appui à un mouvement de grèves tournantes dans les Laurentides et Lanaudière.

L’action était posée dans le cadre d’une mobilisation organisée dans une dizaine de régions de la province par le Secteur transport scolaire (STS) de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN).

La grève a été évitée mardi dans la région puisqu’une entente de principe a été conclue avec l’employeur puis acceptée par les employés dans des proportions de 77% à Jonquière et 70% à Chicoutimi à la fin de la semaine dernière. Les syndicats entendent tout de même poursuivre leur lutte au plan national. 

«Si on n’avait pas réglé vendredi dernier, on aurait été nous aussi en grève», souligne Michel Gauthier, président du Syndicat national du transport écolier du Saguenay-Lac-Saint-Jean CSN.

Ce dernier confirme que le syndicat réclame toujours des investissements de la part du gouvernement.

«On revendique toujours que le gouvernement investisse 26 M$. Des chauffeurs d’autobus sont toujours payés 12$ ou 13$ de l’heure. Ils ont des salaires d’environ 19 000$ par année. Ce n’est vraiment pas beaucoup.» 

Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay - Lac-Saint-Jean, abonde dans le même sens. « Les importants problèmes d’attraction et de rétention des conductrices et conducteurs de véhicules scolaires sont directement liés aux conditions de travail dérisoires qui sévissent depuis plus de 25 ans dans ce secteur. Encore une fois, nous réitérons notre souhait de voir le gouvernement poser des gestes concrets qui régleront ce problème une fois pour toutes. Seul un financement adéquat garantira la pérennité de cet important service public sur lequel comptent des centaines de milliers de parents tous les jours d’école. » 

Les conducteurs d’autobus de la province pourraient tenir d’autres activités de mobilisation au cours des prochains mois. « Les grèves et autres mobilisations d’aujourd’hui s’inscrivent dans notre plan d’action qui vise à obtenir enfin le respect de notre métier et des conditions de travail décentes. Nous devons vivre avec des salaires pathétiques pour les responsabilités importantes de notre métier qui nous confinent à vivre sous le seuil de la pauvreté avec un revenu annuel moyen de 19 288 $. Plus que jamais, nous sommes déterminés à défendre notre revendication portant sur l’attribution par le gouvernement du Québec d’une enveloppe budgétaire supplémentaire de 26,75 millions, fermée et dédiée à l’amélioration de nos conditions de travail, dans les plus brefs délais. Et notre mobilisation se poursuivra à l’automne si nous n’obtenons pas satisfaction à nos demandes », affirme Stephen P. Gauley, président du Secteur transport scolaire.