La présidente de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Liz S. Gagné

Les commissaires préfèrent attendre la fin de l’enquête

Les commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay préfèrent attendre les conclusions de l’enquête portant sur la gouvernance de l’organisation avant d’entreprendre des actions pour améliorer le climat qui y prévaut.

La séance du Conseil des commissaires de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay s’est tenue sans trop de remous mardi soir. 

Le commissaire Marc Larocque, qui a proposé de se réunir en comité de travail afin de clarifier leurs objectifs communs et de débuter l’année scolaire 2018 sur une bonne note, a toutefois vu sa proposition rejetée par une forte majorité. 

Il a été appuyé par deux commissaires seulement. « Il faut faire un effort pour corriger la situation et s’entendre, on n’est pas pour attendre la fin de l’enquête », a renchéri l’une d’elles. 

Une personne s’est abstenue de se prononcer sur la proposition et 10 autres, incluant la présidente Liz S. Gagné, s’y sont opposées. La présidente a ensuite expliqué qu’une orientation a été prise plus tôt en soirée sur le sujet. « On a pris position et décidé qu’on attendait le résultat de l’enquête », a-t-elle expliqué. 

Rappelons que le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec a amorcé à la mi-octobre une enquête portant sur la gouvernance de la commission scolaire.

La réunion des commissaires s’est déroulée en partie à huit clos et sans trop de remous, mardi soir