Les motoneigistes qui s'aventurent dans la neige molle sur les terrains privés peuvent recevoir des contraventions et des amendes salées.

Les clubs craignent le pire

Les clubs de motoneige de Saint-Félicien, Normandin et La Doré craignent de perdre leurs droits de passage à cause du comportement de certains motoneigistes qui s'amusent sur des bleuetières et terres privées
«Ça nous inquiète énormément. On craint que la folie de dix empêche mille adeptes de pratiquer leur sport. Ils est tellement difficile d'avoir nos droits de passage qu'on ne veut pas les perdre», déplore le secrétaire-trésorier du Club relais des buttes de Saint-Félicien, Pierre-Paul Harvey.
La semaine dernière, des membres de ces clubs se sont rencontrés pour discuter de la problématique et tenter de trouver des solutions. Ils ont reçu des plaintes de propriétaires de bleuetières. «Ce sont des jeunes qui ont des motoneiges avec des chenilles de type agressif qui passent partout dans la neige molle. Ils font des ravages, car ils déplacent beaucoup de neige et souvent se rendent jusqu'à la terre qui n'est pas parfaitement gelée», a-t-il expliqué.
Le secteur de Saint-Edmond-les-Plaines serait passablement touché.
Le club fait donc une sortie médiatique pour essayer de conscientiser ces individus aux répercussions que peuvent avoir leurs comportements. «Ils ne se rendent pas compte des amendes qu'ils peuvent recevoir. Ça peut dépasser les 1000$. Ils n'ont pas le droit de circuler sur des terrains privés. De plus, ils ne sont souvent pas membres pour circuler sur les pistes fédérées et les utilisent», ajoute-t-il.
Une lettre va être envoyée aux membres pour les conscientiser et les inviter à ouvrir l'oeil s'ils voient les fautifs et les dénoncer. «Il faut le dire et si on peut les conscientiser ou leurs proches à ne plus se promener n'importe où. Nous allons aussi impliquer les policiers et faire une campagne de pub dans les médias. Il faut que ça cesse», affirme Pierre-Paul Harvey.
Il mentionne que ces comportements arrivent par cycle. «Quand il tombe une belle neige abondante comme avant les Fêtes, là on les voit sortir et se promener partout en dehors des sentiers et causer des dommages», mentionne-t-il.
Il pense que les clubs et les élus devraient réagir à cette problématique et trouver des terrains de jeux adéquats pour ce type de motoneigiste, car ils ne sont pas les bienvenus dans les sentiers fédérés. «Leur chenille ''magane'' la piste et il faut la retravailler plus fréquemment. C'est un problème constaté à travers le Québec.»