Environ 50 citoyens ont assisté à l’événement à la Chapelle Saint-Cyriac.

Les cinq candidats du district #1 s’expriment

Une cinquantaine de citoyens se sont présentés à la Chapelle Saint-Cyriac, à Lac-Kénogami, dans le but d’entendre les cinq candidats à l’élection partielle du 15 décembre dans le district #1 de Saguenay afin d’élire un remplaçant au conseiller démissionnaire Jonathan Tremblay. L’activité a été organisée par le Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK).

Réjean Hudon

Premier candidat à prendre la parole dans l’activité d’échanges qui prévoyait une demi-heure de parole publique par candidat, l’ex-conseiller Réjean Hudon, de 2013 à 2017, a déclaré ne pas avoir de programme ni vouloir s’engager dans des promesses, en affirmant vouloir oeuvrer sur des projets qu’il pourra réaliser en travaillant en collaboration avec les citoyens, et ce, sans adhérer à une formation politique municipale.

Après sa courte présentation, le candidat a été interrogé par les citoyens concernant, entre autres, le passage à vide des autobus de la Société de transport de Saguenay (STS) dans le secteur. L’ex-président de l’organisme s’est engagé à analyser la possibilité d’instaurer un système de taxibus sur le territoire. L’ex-président de la STS a rappelé l’erreur commise par lui et qui s’est répétée avec les coupes dans le service de transport adapté pour les personnes handicapées.

Interrogé sur le rêve qu’il entretient pour le secteur du lac Kénogami, M. Hudon a souhaité que les citoyens paient le moins de taxes municipales possible. Des questions sur la prise en charge des chemins non verbalisés ont fait dire à M. Hudon qu’il n’est pas question de prendre en charge toutes les voies de circulation en raison des coûts d’entretien engendrés.

Gilles Tremblay

De son côté, le candidat de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD), Gilles Tremblay, a fait étalage de ses expériences professionnelles qui l’ont conduit de gestionnaire en gestion d’entretien d’équipement industriel jusqu’à décrocher un MBA en administration des affaires.

Une question soulevée concernant l’entretien et la sécurité des chemins verbalisés a fait dire à M. Tremblay que le problème est soulevé également à Shipshaw et Laterrière où il demeure. M. Tremblay a proposé de tracer l’état de situation de chacun d’entre eux afin de connaître l’ampleur des travaux à réaliser. La conversion du garage municipal a été évoquée à plusieurs reprises.

M. Tremblay s’est engagé à regarder la possibilité d’aménager un centre sportif à l’exemple de ce qui a été réalisé à Laterrière, en traçant le portrait de la stratégie utilisée à l’époque.

Dominic Gagnon

Le chef de l’Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, a profité de son passage pour rappeler que le rôle d’une municipalité est d’assurer des services de base comme le bon entretien des chemins, de fournir des services d’aqueduc, et autres, plutôt que faire la promotion de projets de 60 à 80 M $ pour la construction d’un nouvel amphithéâtre en zone inondable. M. Gagnon a mentionné que son élection dans le district permettrait à sa formation politique de toucher le tiers des sommes attribuées au cabinet actuel de la mairesse Josée Néron, soit 640 000 $. Les sommes dégagées permettraient l’embauche de personnel politique affecté à Lac-Kénogami, ce qui lui permettrait de continuer sa pratique médicale tout en utilisant les technologies modernes pour garder contact quotidiennement avec les citoyens. M. Gagnon a fait part de ses intentions de briguer de nouveau la mairie dans deux ans.

Daniel Tremblay-Larouche

Daniel Tremblay-Larouche, homme d’affaires de 29 ans, a souligné qu’il existe à Lac-Kénogami une solidarité locale et une capacité de mobilisation qui n’existe pas ailleurs. La nécessité d’avoir une relève, la protection du lac Kénogami et la volonté de renforcer l’identité du secteur avec l’érection d’une sculpture pour souligner le 100e anniversaire représentent des thèmes qu’il a abordés. La conversion du garage municipal en centre multisport a fait dire à M. Tremblay-Larouche qu’il pourrait aller chercher des investissements dans le budget 2021 en rappelant qu’il sera élu pour deux ans seulement.

Jimmy Bouchard

Jimmy Bouchard, ingénieur civil et enseignant au Cégep de Chicoutimi, s’est engagé à quitter son emploi advenant son élection afin de se rendre le plus disponible possible auprès des citoyens. Parmi les enjeux identifiés, M. Bouchard s’est engagé à arrêter l’hémorragie de la hausse des taxes municipales, même s’il est conscient qu’il ne pourra influencer le prochain budget du 18 décembre prochain. Le déneigement des chemins non verbalisés, l’instauration d’une station de lavage de bateaux et de vidage des fosses ainsi que la gestion des bandes riveraines sans l’imposition d’amendes pour les contrevenants, tout comme le projet de gymnase dans l’ancien garage municipal figurent parmi ses priorités. Il s’est dit prêt à déchirer sa chemise pour répondre aux demandes des citoyens.