Les chauffeurs de taxi s’étaient rassemblés à la Zone portuaire de Chicoutimi avant de se rendre au bureau de Sylvain Gaudreault, à Jonquière.

Les chauffeurs de taxi se font entendre

À l’instar de leurs collègues du reste de la province, les chauffeurs de taxi du Saguenay ont de nouveau manifesté leur opposition au projet de loi 17, vendredi matin. Ils se sont présentés au bureau du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault.

Réunis à la Zone portuaire de Chicoutimi, les chauffeurs ont défilé en direction de Jonquière, klaxons en marche, en empruntant les boulevards du Saguenay et René-Lévesque et escortés par des patrouilleurs du Service de police de Saguenay. Quelques collègues du Lac-Saint-Jean se sont joints à eux à Jonquière.

Carolle Dallaire, porte-parole des chauffeurs, a rappelé qu’après avoir tenté de sensibiliser la ministre Andrée Laforest, la semaine dernière, la visite au député Gaudreault visait à faire connaître les impacts du projet de loi sur les chauffeurs actifs dans les villes des régions.

Les chauffeurs présents ont reçu un bon accueil du député Sylvain Gaudreault qui s’est rendu à leur rencontre à l’extérieur de ses bureaux de la rue Montpetit.

Référant à la rencontre tenue à Drummondville mercredi, Mme Dallaire constate que dans plusieurs municipalités, peu de chauffeurs sont présents sur les routes. L’arrivée d’Uber dans ces milieux risque de tuer ce qui restera de l’industrie, laissant la population sans services ou aux mains de transporteurs improvisés. « Des gens parmi la population comme les personnes âgées ou handicapées resteront sans services », affirme-t-elle.

Présent à la manifestation, Guy Joncas affirme que les chauffeurs de taxi suivent une formation sur la limitation fonctionnelle visant à aider les personnes handicapées physiquement ou mentalement comme les autistes, une formation que n’auront pas reçue les chauffeurs d’Uber.

Bataille

Les chauffeurs présents ont reçu un bon accueil du député Gaudreault qui s’est rendu à leur rencontre à l’extérieur de ses bureaux de la rue Montpetit. Lors d’une rencontre improvisée, M. Gaudreault a encouragé les chauffeurs à continuer de mettre de la pression sur le gouvernement tout en s’engageant à livrer bataille lors de l’étude du projet de loi. Il a indiqué que le Parti québécois a voté contre le principe de la loi, un document qui ne respecte pas les entrepreneurs que sont les chauffeurs de taxi. « Le projet de loi vient faire perdre la valeur des permis de taxi. On vous exproprie pour faire de la place à une multinationale qui veut prendre la place des gens de chez nous et qui paient des taxes. »

M. Gaudreault a tenu une rencontre en tête-à-tête avec les représentants des chauffeurs saguenéens, Carolle Dallaire et Roger Bérubé.