Les centres-villes de Saguenay saluent l'assouplissement des règles

Les associations des centres-villes de Saguenay (CVS) ont accueilli positivement la nouvelle réglementation qui assouplira certaines mesures dans leurs secteurs respectifs. Même s’ils sont toujours en attente d’informations détaillées et de la date de réouverture pour les terrasses, les CVS pourront se préparer à la saison estivale.

L’avis de motion qui a été proposé lundi soir permettra aux associations d’avoir un cadre sur lequel se fier lorsque les activités pourront aller de l’avant, explique Josée Néron, mairesse de Saguenay, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

« Les associations seront mandatées pour faire en sorte que le tout fonctionne. Elles devront aussi s’occuper de l’animation de leur milieu, ce qui sera un défi très intéressant. Lorsque le gouvernement lèvera certains décrets, des petits spectacles pourront probablement être possibles, mais il faudra respecter les normes de distanciation et ce sera aux associations de s’en assurer. »

Bruno Gauthier, directeur général du centre-ville de Chicoutimi, explique qu’en étant désormais consciente de ce que qui pourra être fait ou non, son équipe sera prête à mettre les projets en place lorsque la date de réouverture sera annoncée.

« La situation actuelle est difficile pour les commerçants et les restaurateurs. Nous étions un peu dans le néant dans les dernières semaines, mais maintenant que nous savons ce que nous pourrons faire, nous serons prêt lorsque la date de réouverture sera annoncée et cela sera bénéfique pour notre milieu. Faire déborder les terrasses dans les rues permettra par exemple aux restaurateurs et aux commerçants d’augmenter leur clientèle certains jours par semaine. La situation n’est pas facile pour eux. »

Josée Néron explique que les restaurateurs devront utiliser l’espace selon la largeur de leur bâtiment et que le centre de la voie devra demeurer libre pour le passage des véhicules d'urgence. « Comme ville, nous devions déterminer les endroits où les rues pourront être barrées et où installer les barrières pour la sécurité des citoyens, mais ce sera à la discrétion des commerçants et restaurateurs d’ajuster leur mobilier avec leur matériel. Nous leur fournirons toutefois des fleurs qui seront divisées entre les différents centres-villes. »

Réactions positives

La nouvelle a également été accueillie positivement par Kate Savard, directrice générale du centre-ville d’Arvida. « Nous aurons maintenant la latitude de nous dynamiser autrement et de répondre aux besoins du secteur. En assouplissant certaines règles, il sera plus facile de soutenir le milieu. Même si nous sommes en attente des directives détaillées de la Santé publique, nous pouvons tout de même commencer à réfléchir à comment cela pourra fonctionner cet été. »

Guillaume Beaulac, directeur général du centre-ville de Kénogami, souligne que l’annonce qu’a faite la Ville de Saguenay sera positive pour les commerçants, qui pourront désormais savoir à quoi s’attendre pour la saison estivale.

« La nouvelle réglementation va permettre de nous assurer qu’il y ait une vitalité dans nos centres-villes malgré le contexte actuel. Nos commerçants avaient hâte d’entendre une annonce de la part de Saguenay qui leur permettrait d’être en mesure de mieux visualiser l’été qui s’en vient. Il y a encore de l’information à aller chercher et nous allons évidemment travailler de pair avec la Ville lorsque nous saurons le fonctionnement concret. »

Selon M. Beaulac, il sera nécessaire d’expliquer aux citoyens maintes et maintes fois les nouvelles directives et de clairement les afficher à des endroits stratégiques.

« Nous demanderons à la ville qu’il y ait un affichage clair dans nos parcs et nos centres-villes afin de nous assurer que chacun des citoyens soit au courant des nouvelles façons de fonctionner et que nos installations restent en bon état. Ces nouvelles permissions pourraient peut-être ainsi perpétuer dans le temps si tout se passe bien et dans le respect », a-t-il ajouté.

Limites de l’assouplissement

Les différents centres-villes de l’association des centres-villes de Saguenay ne pourront pas tous appliquer les nouvelles mesures de la même façon étant donné certaines caractéristiques propres à chacun.

« À La Baie, nous ne pourrons pas fermer complètement la rue Victoria étant donné certaines réglementations. Toutefois, la permission de s’installer au parc Mars avec une boisson alcoolisée permettra à la population de se réapproprier son milieu, a souligné Pierre-Olivier Côté, directeur général du centre-ville de La Baie. Les citoyens pourront consommer une bière ou une coupe de vin tout en achetant un repas pour emporter dans les restaurants locaux. »

La situation est semblable pour la rue Saint-Dominique, explique Sarah-Maude Gaudreault, directrice générale du centre-ville de Jonquière.

« C’est très positif de savoir que nous pourrons poser des actions pour appuyer nos commerçants et nos membres. Les options sont limitées à Jonquière étant donné les réglementations entourant la rue Saint-Dominique. Nous trouverons toutefois des solutions pour chaque problème. Nous travaillerons pour obtenir tous les avantages possibles par rapport à la nouvelle réglementation. Si nous avons les moyens, les ressources et les autorisations, nous allons tout faire pour que nos idées se concrétisent. »

Les citoyens qui souhaiteront consommer de l’alcool dans les parcs devront obligatoirement consommer de la nourriture également. « Ils pourront apporter leur propre consommation et leur repas de la maison, mais les parcs qui ont été ciblés dans l’avis de motion sont situés près des centres-villes pour permettre aux citoyens d’encourager les commerçants locaux en y achetant leurs produits », a conclu la mairesse de Saguenay.