Hélène Tremblay a participé à une annonce en compagnie de Jean-Pierre Blackburn en juillet. Pour elle, la démission du chef ne change en rien la donne et la candidate assure qu'elle a toujours l'intention de briguer les suffrages dans le district #7 sous la bannière du Parti des citoyens de Saguenay (PCS).

Les candidats du PCS fidèles à leur parti

Les nouvelles recrues du Parti des citoyens de Saguenay (PCS) plaident allégeance à leur formation politique, malgré le départ du chef Jean-Pierre Blackburn, annoncé lundi.
Candidat dans le district #6, lequel englobe une partie d'Arvida et de Kénogami, Daniel Gilbert va continuer de porter fièrement les couleurs du PCS. Au terme d'une rencontre d'urgence tenue le lendemain de la démission de Jean-Pierre Blackburn, l'aspirant au poste de conseiller municipal a affirmé que ses collègues demeureront solidaires malgré la tourmente.
« Il y avait certaines divergences d'idées (avec Jean-Pierre Blackburn), mais je ne l'ai pas vue venir du tout. On va laisser retomber la poussière, mais je pense que ça va être positif. C'était mieux qu'on le sache maintenant. Ce n'est pas la situation idéale, mais je suis certain qu'on va sortir grandi de ça. On regarde vers l'avant », a déclaré l'homme d'affaires, bien connu dans le domaine de la chasse et de la pêche. 
Daniel Gilbert signale qu'il avait grossi les rangs du parti fondé par l'actuel maire de Saguenay, Jean Tremblay, avant l'investiture de Jean-Pierre Blackburn. « C'est sûr que j'étais bien content que ce soit quelqu'un comme lui. Je suis déçu de la décision, mais je la respecte. Les portes sont ouvertes pour quelqu'un de nouveau. Il y a de gros noms qui circulent », poursuit Daniel Gilbert, qui affrontera Magella Archibald de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) lors de l'élection du 5 novembre. Le porte-étendard du Parti des citoyens ne pense pas que Jean Tremblay, qui assure l'intérim le temps de dénicher un nouveau chef, reviendra sur sa décision de quitter la politique municipale au terme du présent mandat.
Un coup dur pour Jonquière
Dans le district #2, Jean-Pierre Bolduc convient que le départ de Jean-Pierre Blackburn est un coup dur pour Jonquière, un secteur où le politicien de carrière a la cote. 
« Je n'ai rien à dire contre lui. C'est un monsieur que j'aime beaucoup. Pour nous, ça fait une petite côte à remonter, c'est sûr, mais ça fait partie du défi politique. On est à la recherche et on a lancé plusieurs noms pendant notre rencontre d'hier (mardi) pour trouver un candidat ou une candidate. Tout le monde était hyper positif », a déclaré Jean-Pierre Bolduc, conseiller à la vie étudiante au Cégep de Chicoutimi.
Hélène Tremblay aurait aimé le savoir au préalable
Candidate dans le district #7, à Chicoutimi-Nord, Hélène Tremblay a elle aussi été prise par surprise par l'annonce du départ de Jean-Pierre Blackburn. 
« Je respecte sa décision, qui est une décision personnelle, même si je ne suis pas d'accord avec sa façon de faire. J'aurais aimé être informée au préalable. Il aurait dû l'annoncer d'abord aux candidats », a déclaré celle qui est avocate de formation.
Hélène Tremblay songeait à se présenter aux élections municipales depuis deux ans parce qu'elle était insatisfaite de ce qui se passait dans son district. Recrutée par Jean-Pierre Blackburn, elle a écarté la possibilité d'une candidature indépendante. « J'ai joint le parti à cause de lui. C'était une figure connue et je voyais là une opportunité de travailler en équipe », pointe-t-elle.
La candidate affirme avoir passé beaucoup de temps au téléphone dans les heures qui ont suivi la conférence de presse de Jean-Pierre Blackburn, lundi matin, pour discuter avec des bénévoles et des organismes de son secteur.
« J'ai redoublé d'ardeur hier. J'ai fait des téléphones et j'ai pris les devants. J'ai réitéré mon intention de représenter le district et je continue de travailler mes dossiers », poursuit celle qui considère que son engagement envers le parti, dont elle a utilisé les ressources depuis l'annonce de sa candidature, repose sur des principes d'intégrité. 
Hélène Tremblay affrontera l'indépendant Marc Pettersen et le représentant de l'ERD, Jean-Yves Desmeules.
Encore deux candidats à trouver pour le PCS
En plus du nouveau chef, le Parti des citoyens de Saguenay (PCS) doit dénicher deux candidats en vue des élections de novembre prochain. 
Jusqu'ici, la formation politique a annoncé des candidatures dans 13 des 15 districts électoraux de la ville. En fait, le parti en comptait 14, mais Caroline Sainte-Marie a récemment annoncé qu'elle se retirait de la course dans le quartier #8 pour des raisons familiales. Le PCS n'a pas encore de tête d'affiche dans le district #5, actuellement représenté par le conseiller Carl Dufour. L'élu a été approché par le parti à plusieurs reprises, mais a choisi de demeurer indépendant.