Yvon Guay, Luc Gibbons et Gilles Potvin ont exprimé leurs idées sur différentes questions devant les 200 personnes venues les entendre

Les candidats de Saint-Félicien débattent

Les trois candidats à la mairie de Saint-Félicien Luc Gibbons, Yvon Guay et Gilles Potvin ont profité d’un débat organisé mardi soir pour donner leur point de vue sur des dizaines de questions.

Plus de 200 citoyens ont participé à cette soirée organisée par la Chambre de commerce et d’industrie du secteur Saint-Félicien qui se tenait à l’Hôtel du Jardin.

Les trois aspirants ont répondu dans un premier temps à neuf questions à tour de rôle. Les aspects concrets ont surgi quand la revitalisation du centre-ville et le développement des commerces et des industries ont été abordés. « Ça prend un maire, un commissaire industriel et un lobbyiste pour faire du développement. Et depuis que je suis maire, c’est ce que je fais. Il ne faut pas attendre qu’ils viennent dans nos bureaux, mais descendre dans la rue à Québec, à Ottawa ou ailleurs pour lever des projets », a lancé Gilles Potvin.

Luc Gibbons a pour sa part mentionné que le rôle de la ville était de mettre en place des programmes incitatifs et surtout écouter les gens afin d’être en mesure de répondre à leur besoin. Yvon Guay pense que le développement passe par une promotion agressive qui va permettre de faire connaître les atouts et infrastructures de la municipalité.

Centre-ville

« Pour dynamiser le centre-ville, je propose de densifier le secteur avec de la construction résidentielle. En ayant plus de gens au centre-ville, l’achalandage des commerces sera meilleur et il sera plus agréable d’y vivre », a-t-il répondu à cette question. 

Yvon Guay, lui, estime qu’il faudrait retirer la piste cyclable du centre-ville. Le manque de stationnement freinerait son développement. Gilles Potvin a rappelé les investissements qui ont eu lieu sous son règne et qui ont permis la construction de nouveaux immeubles.

Foresterie

À la question « que peut faire Saint-Félicien pour l’industrie forestière ? », Yvan Guay a indiqué qu’il fallait poursuivre les pressions pour que le fédéral s’implique. Luc Gibbons a rappelé que la Ville a toujours été un partenaire de premier plan et qu’elle devra continuer à le faire notamment en améliorant la qualité de vie pour rendre encore plus attrayante la localité. 

Le maire sortant pense qu’il faut travailler à ce que les investissements prévus à l’usine de pâte kraft se concrétisent pour dynamiser tout le secteur.

Saint-Félicien dans 10 ans

Pour clore le débat, un citoyen a demandé comment les candidats rêvaient Saint-Félicien dans dix ans. « Je ne le sais pas, a lancé candidement Yvon Guay. Je suis sûr que nous serons dans un milieu où il fera bon vivre. »

Luc Gibbons est convaincu que le développement du Nord va permettre à Saint-Félicien de diversifier son économie. « Nous allons devenir un pôle majeur dans la région. Nous allons faire l’envie des autres parce que nous saurons plus attrayants et accueillants. »

Gilles Potvin prédit que la population sera de 15 000 habitants et que la localité sera la capitale des biomatériaux et un centre villégiature international.