Dans les derniers jours, les responsables de la pêche à Grande-Baie et à l’Anse-à-Benjamin ont pris plusieurs mesures de la glace.

Les cabanes la semaine prochaine

À moins d’un imprévu, les amateurs de pêche blanche pourront installer leurs cabanes au courant de la semaine prochaine à La Baie. Mercredi, la moyenne des mesures de l’épaisseur de la glace sur le site de Grande-Baie était de 11 pouces et demi, alors qu’il en faut 12 pour l’embarquement.

Le directeur général de Contact Nature, Marc-André Galbrand, a confirmé, mercredi après-midi, que 130 prélèvements avaient été faits dans les derniers jours. Le site de Grande-Baie est complété et d’autres seront également effectués jeudi sur le site de l'Anse-à-Benjamin.

« Notre souhait est de commencer le bornage des sites en fin de semaine, affirme Marc-André Galbrand. Nous allons être rendus à l’étape de l’aménagement des villages. Il faut deux jours par site pour le bornage, et deux jours pour chaque site pour le déneigement, donc encore quelques jours de préparation. Normalement, on pourrait commencer l’embarquement vers le milieu ou la fin de la prochaine semaine. Nous estimons que d’ici là, la glace aura atteint 12 pouces d’épaisseur. »

Dans les derniers jours, les responsables de la pêche à Grande-Baie et à l’Anse-à-Benjamin ont pris plusieurs mesures de la glace.

Si tout va bien, les pêcheurs seront installés pour l’ouverture de la pêche au poisson de fond le 12 janvier. Un accès plus tôt permettrait aux gens de bénéficier de trous déjà percés une fois la pêche venue, car selon le directeur général, il est recommandé d’attendre au moins 24 heures après l’installation d’une cabane avant de trouer la glace.

« Les conditions promettent une belle et longue saison. À ma connaissance, ça fait plusieurs années qu’on ne peut pas commencer aussi tôt, poursuit Marc-André Galbrand. C’est excellent, surtout que nous avons réussi à prolonger la période de pêche d’une semaine. »

Une heureuse combinaison de facteurs naturels a fait en sorte que la glace soit déjà assez épaisse pour évoquer l’embarquement imminent des cabanes.

« C’est vraiment incroyable. L’an passé, je pense qu’on avait huit pouces autour du 15 seulement. C’est vraiment exceptionnel. Sans neige, la glace était exposée à 100 %. Donc, la glace était exposée à -20, à -25 degrés Celsius, la nuit. Ça glaçait hyper rapidement. La différence avec l’an passé, où il y avait souvent de deux à quatre pieds de neige accumulée avec les rafales, c’est que la glace n’était pas exposée aux -20, même si durant le temps des Fêtes, il avait fait beaucoup plus froid que cette année », explique Marc-André Galbrand. - Avec Pascal Girard