L’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées d’Alma a offert à ses membres une conférence concernant les baux de location et ceux des résidences pour aînés.

Les baux pour résidences décortiqués

Des différences se dressent entre les traditionnels baux de location et ceux des résidences pour personnes aînées. Une conférence présentée par l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées a permis aux membres d’Alma d’y faire la lumière.

Me Jean-Nicolas Latour, agent d’information juridique au Centre de justice de proximité du Saguenay-Lac-Saint-Jean, s’est entretenu avec une trentaine de personnes à ce sujet, jeudi matin, à Alma.

L’événement a permis de décortiquer les obligations des locataires et des résidences privées. Me Jean Nicolas Latour fait état de distinctions entre les deux types de baux. « On retrouve des services concernant les soins et l’alimentation. Il y a des enjeux plus spécifiques quand il est question des baux en résidences pour personnes aînées », donne-t-il en exemple.

La mixité des services place les locataires devant deux types de recours. Tout ce qui concerne le bail sera encadré par la Régie du logement. En revanche, ce qui est en lien avec la prestation de services et l’application des normes devra se régler via un processus de plainte.

Des formations chaque mois

Chaque mois, l’AQDR offre des formations à ses membres.

« On regarde autour de nous. Dès qu’il y a une nouveauté, on s’assure de l’offrir à nos membres dans le cadre d’une conférence. On offre des sujets qui rejoignent les intérêts de nos membres », explique la présidente de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées d’Alma, Lucie Harvey.