Les températures élevées et les faibles précipitations font en sorte que Rio Tinto devra faire opérer ses barrages dans le but de conserver le niveau de l’eau dans les standards.

Les barrages mis à contribution

La température chaude et les précipitations qui se situent à 70 % de la normale jusqu’à maintenant pour le mois de juillet sur les bassins versants incitent la Division Énergie électrique de Rio Tinto (RT) à opérer ses barrages pour tenter de conserver le niveau du lac Saint-Jean entre 14 et 16 pieds, comme le prévoient les ententes signées dans le cadre du programme de gestion de ce plan d’eau.

Selon Xuân-Lan Vu, porte-parole de RT, un déficit de 50 mm de pluie par rapport à la normale fait en sorte que les débits sont faibles dans les affluents du lac Saint-Jean, tandis que le ruissellement naturel se situe à 55 % de la normale.

Dans le but d’amenuiser les impacts de la pénurie d’eau sur le niveau du lac qui se situait jeudi à 14,8 pieds, l’entreprise maximise la production à la Centrale Chute-des-Passes et diminue celle à la Centrale Isle-Maligne, ce qui situe les déversements à la Grande décharge à 13 mètres cubes/seconde.

Énergie électrique poursuit les déversements entrepris le 18 juillet dernier via le canal Bonnard avec l’ouverture maximale des vannes, ce qui devrait entraîner la baisse du niveau du lac Manouane.

Mme Vu a confirmé que pour combler les besoins en énergie de ses alumineries sur le territoire régional, Rio Tinto fait appel présentement à l’énergie produite par Hydro-Québec. Mme Vu n’était pas en mesure de préciser le nombre de mégawatts échangés.