Les audiences de la Régie des marchés agricoles et alimentaires reportées

Les audiences de la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, qui devaient avoir lieu mercredi à Dolbeau-Mistassini, sont reportées aux 28 et 29 avril prochains.

Ces audiences concernaient les changements apportés au Règlement général du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec lors de la dernière assemblée générale du printemps passé. Les deux ajouts proposés avaient été adoptés par plus du deux tiers des membres présents.

Le premier ajout est en lien avec le règlement sur le quorum. Le deuxième ajout au règlement consistait à ajouter deux postes de plus au conseil d’administration pour la catégorie des administrateurs sans aucun intérêt.

Présentement, les producteurs sont représentés sur le conseil d’administration de la façon suivante : cinq administrateurs représentent les producteurs sans aucun intérêt, deux pour les producteurs sans intérêt significatif et trois pour ceux qui ont des intérêts significatifs. De plus, un autre administrateur est délégué afin de représenter les cueilleurs en forêt, pour un total de 11 administrateurs.

En termes de représentativité, le syndicat soutient que les producteurs avec intérêts significatifs sont mieux représentés dans un ratio d’un administrateur pour 16 producteurs de cette catégorie. Tandis que celui pour les producteurs sans aucun intérêt est actuellement d’un pour 29.

Le président du Syndicat des producteurs de bleuets du Québec, Daniel Gobeil, croit qu’en ajoutant deux administrateurs de plus dans la catégorie des sans intérêt, le ratio deviendrait alors du un pour 20.

Il affirme qu’il est grand temps que le débat qui dure depuis des années se règle enfin. « Au Syndicat, on est 11 administrateurs, dont six qui n’ont aucun intérêt et cinq qui en ont. Ça fait 20 ans que l’on a ce problème-là. On veut que la majorité des producteurs soit mieux défendue. On est dans un système démocratique. »

Pour le président du syndicat, les enjeux qui seront débattus lors des audiences sont vitaux pour plusieurs plus petits producteurs de bleuets.

« La Régie va devoir commencer à penser aux petits producteurs, car on est en train de tous disparaître ! »