Les animaux du Zoo sauvage de Saint-Félicien ont renoué avec les visiteurs après une pause forcée par la COVID-19.
Les animaux du Zoo sauvage de Saint-Félicien ont renoué avec les visiteurs après une pause forcée par la COVID-19.

Les attraits touristiques du Saguenay–Lac-Saint-Jean ont la cote

Les attraits touristiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean sont de plus en plus visités selon les dires des principaux intéressés. L’achalandage est moins important qu’à l’habitude, mais dans l’ensemble, les directeurs de sites touristiques sont satisfaits du début de saison.

Autant au Zoo sauvage de Saint-Félicien, qu’au Village historique de Val-Jalbert, qu’à la Pulperie de Chicoutimi et qu’à l’Odyssée des bâtisseurs, on dénote une augmentation progressive des visites depuis l’ouverture. Dans tous les cas, les mesures sanitaires imposées sont bien respectées par les gens qui se rendent sur les sites touristiques.

Le Zoo sauvage de Saint-Félicien a adopté des mesures afin de faire respecter la distanciation physique.

La directrice générale du Zoo sauvage, Lauraine Gagnon, rapporte d’ailleurs que la nouvelle formule implantée pour faire le tour du site est bien reçue. « Les gens apprécient le sens unique. Ce qu’on nous dit, c’est que les gens voient tout ce qu’ils doivent voir et ils sont assurés de ne rien manquer durant la visite, a-t-elle mentionné. Le sens unique évite de rencontrer des gens, le site est grand et donc, pour la distanciation physique, il n’y aura pas de problème.»

Tranquillement, mais sûrement, les établissements commencent à noter l’arrivée de touristes qui proviennent des quatre coins du Québec. «Déjà, on remarque un bon pourcentage de clientèle qui vient de la Montérégie, de Lanaudière, des gens de l’extérieur de la région», a souligné la directrice adjointe du Village historique de Val-Jalbert, Michèle Castonguay.

Le Village historique de Val-Jalbert

Personnel et PCU

Malgré les craintes liées à l’embauche d’étudiants pour l’été, les sites touristiques s’en sortent bien. Certains ont toutefois réduit leur nombre d’employés saisonniers. C’est le cas de l’Odyssée des bâtisseurs et du Zoo sauvage. Au site historique de Val-Jalbert, on a tout même senti les effets de la Prestation canadienne d’urgence sur le recrutement du personnel. «On a eu des appels de gens qui devaient entrer au travail la journée où ça a été annoncé que c’était prolongé, et il y avait du monde qui n’était plus disponible», a témoigné Mme Castonguay. De son côté, le responsable des communications à la Pulperie de Chicoutimi, Dany Cloutier, a expliqué que le recrutement s’est bien déroulé, car les contacts ont été réalisés tôt, et seulement trois nouveaux employés ont été embauchés cet été.

Passeport Attrait

Ces acteurs du milieu touristique sont confiants que les programmes gouvernementaux, dont le Passeport Attrait proposé la semaine dernière afin de soutenir le secteur du tourisme, intéresseront la clientèle. «Déjà, on voit qu’il y a un engouement, on voit les ventes, c’est commencé. Nous, on pense que ça va beaucoup aider l’industrie touristique. Les prix sont vraiment avantageux. Vous avez quatre attraits et 40% de rabais, ça vaut vraiment le coup», a souligné la directrice générale du Zoo sauvage.

La Pulperie de Chicoutimi