­Cynthia Harvey et Karo Laurendeau ont assuré la première partie des 2Frères devant 2000 personnes.

Les astres alignés pour Grande Ourse

C’est un autre pari réussi pour Robert Hakim et son équipe des Productions Hakim, qui viennent de conclure avec brio la première édition du festival La Grande Ourse. L’événement organisé conjointement avec la municipalité de L’Anse-Saint-Jean est une réussite sur toute la ligne.

Alors qu’une première édition est habituellement signe d’anicroches et d’imprévus, visiblement, une bonne étoile planait au-dessus du festival. « C’est un franc succès. Tout a été parfait. Pour une première édition, les astres étaient clairement alignés », témoigne celui qui n’a pas l’habitude d’être aussi extravagant dans ses analyses.

Outre les performances musicales, c’est l’ensemble de la municipalité qui a charmé l’équipe. Selon le producteur, l’accueil était fabuleux. La population était contente. Presque tous les commerçants ont collaboré à l’événement. « Ce n’était pas de la business. C’était de l’entraide et de la bonne volonté. Tout le monde a mis la main à la pâte, dont plusieurs bénévolement. Les artistes ont embarqué avec nous dans l’aventure », a expliqué M. Hakim.

1700 personnes ont assisté aux prestations de Mordicus et Kain (sur la photo), vendredi soir.

La scène aménagée sur le terrain situé devant le camping municipal de L’Anse offrait aux spectateurs un amphithéâtre naturel. Le principal intéressé qualifie l’emplacement de bucolique. « Le terrain est extraordinaire. Derrière la scène, on voyait le ciel étoilé, dont la fameuse Grande Ourse », ajoute le producteur.

L’organisation s’est retrouvée devant un beau problème, à quelques jours de l’événement, alors que les objectifs de visiteurs ont été clairement dépassés les deux soirs. Fixé à 1200 spectateurs, c’est plutôt 1700 et 2000 personnes qui se sont présentées respectivement vendredi et samedi.

En entrevue avec Le Quotidien, Robert Hakim n’avait que de bons mots pour les artistes qui ont participé aux deux soirs des festivités. Le groupe Mordicus, qui vient tout juste de lancer un album, offrait son second spectacle de l’été. C’est d’ailleurs l’un des membres, Martin Moe, qui a suggéré le nom de l’événement.

L’emplacement de la scène du festival La Grande Ourse offrait un amphithéâtre naturel aux milliers de spectateurs.

Robert Hakim en était à sa première expérience avec le groupe 2Frères. « Ils sont très généreux. J’ai été agréablement surpris par eux. Ils sont cool et pas compliqués », explique-t-il.

L’événement, qui n’a pas été organisé dans un objectif financier, loin de là, aura été le théâtre d’une grande synergie entre tous les intervenants. « Cela me fait retomber en amour avec le métier, ça me remotive. C’est un vent de fraîcheur pour notre équipe », explique-t-il.

Deuxième édition ?
Alors que la première édition vient à peine de se terminer, déjà, la question d’un retour l’an prochain, point. Questionné à cet effet, Robert Hakim laisse le soin à la municipalité de L’Anse-Saint-Jean de prendre cette décision. Toutefois, il affirme que son équipe n’aura pas à se faire prier pour embarquer dans une deuxième édition. Robert Hakim affirme avoir fait sa meilleure rencontre de l’année en la personne du maire de la municipalité, Lucien Martel.

Le groupe 2Frères a charmé Robert Hakim par sa simplicité.

Les prochaines semaines seront encore le théâtre de nouveautés pour son équipe qui présentera le Festival des bières de Charlevoix du 5 au 7 juillet sur le site extérieur du Casino de Charlevoix.