Les actualités régionales express

FUGUEUSE RECHERCHÉE

Le Service de police de Saguenay a lancé un avis de recherche pour retrouver Angélica Goulet, une adolescente de 14 ans en fugue depuis mercredi. Elle mesure 1,62 mètre, pèse 76 kg et a les yeux bleus. Ses cheveux sont brun roux. Elle pourrait être dans le secteur de Saguenay. Toute information pertinente peut être acheminée au service de police en composant le 418-699-6000. 

Angélica Goulet

+

EXERCICE MILITAIRE À SAINT-JEAN VIANNEY

La population aura la chance de voir environ 70 réservistes du Régiment du Saguenay, dès vendredi et tout au long de la fin de semaine, dans le secteur de Saint-Jean-Vianney. Pendant les trois jours, des munitions à blanc et des pièces pyrotechniques seront utilisées. La Défense nationale précise que tous les efforts ont été faits pour minimiser les impacts environnementaux et sur la population. Les différentes simulations ont pour but d’entraîner les militaires lors d’opérations offensives dans un cadre de guerre conventionnelle. Établissement d’une base de patrouille, raid, embuscade, attaque dans la foulée et reconnaissance font partie des exercices. 

+

PRÉVENTION DU SUICIDE

Le Centre de prévention du suicide (CPS) 02 a tenu son souper-bénéfice, jeudi soir, au restaurant Mikes de Chicoutimi-Nord. L’événement a permis d’amasser environ 2000 $, pendant que le Mikes de Roberval était hôte du souper au Lac-Saint-Jean, mais à plus petite échelle. Près de 90 billets ont été vendus pour la soirée à Chicoutimi. Tout l’argent amassé lors des campagnes de financement va exclusivement à la promotion du CPS 02 et à la prévention du suicide, a fait valoir Annie Laviolette, responsable des communications. «Ce sont des projets qu’on développe pour atteindre le plus de gens possible, pour faire connaître nos services, pour démystifier la demande d’aide, etc.», a-t-elle énuméré. Les statistiques sur le suicide sont passablement stables depuis cinq ans au Saguenay-Lac-Saint-Jean, c’est-à-dire qu’une quarantaine de personnes décident de mettre fin à leurs jours chaque année. «On travaille fort pour continuer de prévenir, parce que ça peut rapidement basculer, a convenu Annie Laviolette. Il y a beaucoup d’espoir et il ne faut pas cesser de poursuivre les démarches pour améliorer nos services et nos outils de prévention.» Sur la photo, Mme Laviolette est accompagnée de ses collègues Mélanie Lapierre, Fabienne Tremblay, Karine Larouche et Marilyn Néron. Les personnes qui ressentent le besoin d’appeler à l’aide peuvent communiquer, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept, à la ligne de prévention du suicide au 1 8-666-APPELLE (277-3553).