Mercredi, des camions d’entrepreneurs généraux continuaient de transporter des tonnes de bauxite.

Les activités de Rio Tinto à La Baie continuent d'être perturbées

Un mois après l’incendie survenu à un convoyeur de l’une de ses tours de déchargement de bauxite, les activités continuent d’être perturbées aux installations portuaires de Rio Tinto à La Baie.

L’incendie est survenu dans des installations névralgiques qui permettent d’alimenter en alumine les quatre alumineries de l’entreprise au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Selon diverses sources, le convoyeur de la tour a subi des dégâts considérables puisque la courroie d’une longueur d’environ 500 pieds est une perte totale, de sorte que dès l’extinction du foyer d’incendie, des travailleurs ont été mobilisés 24 heures par jour afin de démanteler la section de convoyeur touchée et de procéder aux travaux de correction de la structure de la tour endommagée.

Le déchargement à l’aide de grappins est utilisé pour décharger les navires en attendant le rétablissement du système de convoyeur.

Les travailleurs des firmes Constructions Métal-Baie et Technosoude ont été, entre autres, mis à contribution. Cette dernière a été mandatée pour reconstruire le convoyeur endommagé, une pièce d’environ 200 pieds, à partir des plans originaux.

Selon Claudine Gagnon, porte-parole de Rio Tinto, l’incendie de la tour de déchargement a nécessité l’adoption d’un plan de contingence afin de continuer d’assurer le déchargement des navires de bauxite.

Le quai Powell, qui n’était plus en opération depuis plusieurs années, est de nouveau utilisé. Le déchargement des bateaux est effectué à l’aide de grappins mécaniques, une opération qui s’avère beaucoup plus longue et coûteuse, puisque le travail doit s’étirer sur quatre jours pour la vidange d’un seul vraquier, comparativement à une vingtaine d’heures avec l’utilisation de vis sans fin.

« Tant que le convoyeur n’est pas en fonction, on effectue du déchargement aux entrepôts à l’aide de camions. De telles situations ne sont pas souhaitées, mais nos gens ont fait preuve d’ingéniosité pour faire face à la situation», explique Mme Gagnon. Rio Tinto a fait appel à des camions lourds des entreprises Alfred Boivin et Fernand Gilbert pour transporter quotidiennement les milliers de tonnes de bauxite du quai Powell jusqu’aux vastes entrepôts des installations portuaires.

Selon des sources, le ralentissement des activités affecte également les activités de transport du Roberval-Saguenay. Le nombre de convois quotidien en direction du Complexe Jonquière a dû être diminué.

La porte-parole de Rio Tino n’a pas été en mesure de confirmer des informations quant à l’embouteillage dans la baie des Ha! Ha! et à la facture possible.

En ce qui a trait à certaines informations diffusées concernant la dispersion de poussière de bauxite dans le milieu, Mme Gagnon a indiqué qu’aucune plainte n’a été reçue au sein du comité de bon voisinage ou de la part de conseillers municipaux.

Rio Tinto prévoit le retour à la situation normale en fin de semaine.