Des diplômés d'ATM depuis 1968 se réunissent samedi pour souligner le 50e anniversaire du programme du Cégep de Jonquière.

Les 50 ans d'ATM soulignés avec faste

Les 50 ans du département d’Art et technologie des médias du Cégep de Jonquière ont été soulignés en grande pompe samedi avec des retrouvailles réunissant 600 diplômés.

Pour débuter la journée, les anciens de toutes les époques avaient la chance de visiter le pavillon Joseph-Angers qui a probablement beaucoup changé depuis leur passage, ayant profité d’importants travaux il y a un peu plus de dix ans, ce qui a permis d’ajouter des équipements à la fine pointe de la technologie. Les visiteurs ont également pu voir en primeur une exposition sur l’histoire du département qui vient tout juste d’être finalisée et sera officiellement inaugurée à la prochaine rentrée scolaire. 

«Ça fait deux ans qu’on est sur la planification de cette journée. On devait d’abord réserver les endroits et penser à concevoir la journée. Oui ce soir c’est la fête avec un gros souper et une belle soirée, mais on s’est dit que dans l’après-midi, on devait organiser quelque chose aussi», mentionne l’enseignant en journalisme à la télévision et membre du comité organisateur, André Brassard-Aubin, rencontré en début d’après-midi alors que l’endroit fourmillait d’activités.

L'enseignant et membre du comité organisateur André Brassard-Aubin souligne que le programme ATM à Jonquière est un atout extraordinaire dans la formation des étudiants.

Au fil des années, depuis 1968, le programme d’ATM a rayonné à maintes reprises, ayant formé environ 10 000 jeunes. L’une des diplômée, France Beaudoin, animait la soirée de retrouvailles, qui se déroulait au Delta Saguenay, appuyée de l’humoriste et conférencière Josée Boudreault. «Ils sont partout, autant en production télé, en publicité, en radio ou en journalisme. Par exemple, je sais qu’à RDS, des gens voulaient venir, mais si tout le monde venait, les patrons auraient eu un problème de personnel autant en production qu’en animation ou les archives. C’est vraiment partout sur le territoire du Québec», fait valoir André Brassard-Aubin.  

Avec un tel événement, l’occasion est également belle pour rappeler l’importance de l’exclusivité du programme qui a été menacé à quelques reprises. Pour André Brassard-Aubin, la formation en région représente également un atout extraordinaire sur le plan de la formation. «Si c’était à Montréal et qu’un étudiant appelait la mairesse Valérie Plante, je ne suis pas certain qu’elle retournerait l’appel. Ici, la mairesse Josée Néron, et Jean Tremblay avant, retournent nos appels, accordent des entrevues et rencontrent nos étudiants. Seulement au niveau de l’expérience, c’est convaincant», d’insister l’enseignant, pour qui ces célébrations rappellent également plusieurs souvenirs à travers les époques, de la machine à écrire, en passant par l’ordinateur et l’Internet.

Le programme d'ATM a connu différentes technologies au fil des années.
Une exposition sur l'histoire d'ATM est offerte aux anciens dans le cadre des retrouvailles et sera officiellement inaugurée lors de la prochaine rentrée scolaire.