Le président de la firme MATIÈRS, Ghislain Turcotte, le directeur général de l’Ermitage, François Lavoie, et le père France Salesse, capucin recteur de l’Ermitage, posent devant la Scala Santa où est projeté le spectacle immersif.

L'Ermitage Saint-Antoine propose une immersion dans un sanctuaire naturel

Pour profiter de la hausse du tourisme religieux, l’Ermitage Saint-Antoine de Lac-Bouchette lance un nouveau spectacle immersif dénommé Origine, avec l’objectif d’accueillir plus de 100 000 visiteurs cet été.

Même si l’Ermitage de Lac-Bouchette est un sanctuaire saisonnier, ouvert de Pâques jusqu’à la fin octobre, l’établissement religieux a reçu près de 90 000 visiteurs en 2018. « On connaît une hausse d’environ 2000 visiteurs par an », souligne le père France Salesse, le capucin recteur de l’Ermitage.

Au Québec et partout dans le monde, le tourisme religieux et spirituel est en hausse, ajoute ce dernier. Et pour répondre à la demande croissante, l’Ermitage Saint-Antoine a décidé de bonifier ses services et d’offrir des nouveautés. Sur une période de trois ans, 3,2 millions de dollars ont donc été investis pour améliorer les infrastructures sur le site, dont 1,8 million $ pour développer le nouveau spectacle immersif. « Nous sommes le seul sanctuaire en Amérique du Nord à présenter un tel spectacle », a commenté le père Salesse.

Ode à la nature

Ce spectacle est en quelque sorte une ode à la nature et à la création, qui invite à entrer en relation de communion avec le Seigneur, ajoute ce dernier. « La spiritualité franciscaine cherche à améliorer le respect de l’environnement, dit-il. Ce spectacle permet donc de bonifier l’offre aux visiteurs qui sont en quête spirituelle dans notre sanctuaire naturel. »

Pour présenter un tel spectacle, l’Ermitage a choisi de transformer la Scala Santa, un lieu saint dans les lieux de pèlerinage, où l’on retrouve 28 marches qui représentent les marches du palais de Pilate que Jésus a dû monter avant de se faire condamner à mort. Le lieu donne l’impression d’être dans une grotte intimiste où des images sont projetées sur toutes les surfaces.

Pour produire le spectacle, la firme MATIÈRS, de Québec, s’est inspirée de l’environnement naturel où se trouve l’Ermitage, a expliqué Ghislain Turcotte, le président de l’entreprise. « Le spectacle est le reflet de cette grande basilique naturelle, construite d’arbres et de plantes, et animée par le chant des oiseaux », dit-il.

Avec des images et des sons, le spectacle permet ainsi de raconter la fable de la vie, alternant les images faisant allusion à l’eau qui ruisselle, aux racines qui prennent forme, aux feuilles qui poussent dans les arbres, et de la nature qui l’entoure. Au-delà de l’univers tangible, on présente des images de connexions neuronales, d’ADN et de pixels créant des liens entre eux pour former un arbre généalogique. L’expérience se termine avec un moment de recueillement près d’un arbre.

« On veut plonger spectateur dans univers virtuel immersif, capable d’évoquer le lien que nous entretenons avec la nature et notre responsabilité envers elle », a résumé Ghislain Turcotte.

L’intérieur de la Scala Santa a été complètement réaménagé pour permettre d’accueillir 60 spectateurs dans une salle à la fine pointe de la technologie, ajoute-t-il.

S’adressant à un large public, l’Ermitage souhaite notamment rejoindre les familles, en offrant le spectacle gratuitement aux jeunes de 14 ans et moins. Pour les 15 ans et plus, un montant de 17 dollars doit être déboursé pour voir le spectacle d’une durée de 26 minutes. Selon l’achalandage, le spectacle sera projeté jusqu’à huit fois par jour.

La députée du comté Roberval, Nancy Guillemette, était sur place pour souligner l’investissement de 889 000 $ du gouvernement du Québec et l’importance de ce site touristique pour la région. « Cent quatre ans après le premier pèlerinage officiel à Lac-Bouchette, ce lieu de recueillement contribue à la vitalité touristique du territoire », a-t-elle commenté.

François Lavoie, le directeur général de l’Ermitage, a pour sa part tenu à souligner qu’il a fallu 21 mois de travail pour en arriver à livrer ce produit. « Aujourd’hui, on peut dire mission accomplie », s’est-il réjoui. Outre le spectacle, les sommes investies ont servi à rénover les toitures des bâtiments, le bloc sanitaire et les restaurants, et à installer plusieurs gardes près du lac.

En plus des activités religieuses, l’Ermitage, situé sur les rives du lac Ouiatchouan, présentera plusieurs concerts en plus d’offrir des ateliers de méditation au cours de l’été. On y trouve également une offre d’hébergement en chambre, en chalet et en camping, ainsi que plusieurs sentiers.