Denis Gilbert, Valérie Tremblay, Josée Néron et Christian Simard de l’ERD comptent revamper les marchés publics s’ils sont élus le 5 novembre prochain.

L’ERD veut améliorer les marchés publics

L’Équipe du renouveau démocratique (ERD) s’engage à revamper les deux marchés publics de Saguenay et d’en créer un nouveau à La Baie.

Josée Néron compte investir dans les halles de Chicoutimi et Jonquière « délaissées par l’ancienne administration municipale » et d’utiliser l’infrastructure de La Baie qui n’a pas servi au cours des dernières années. 

« Il faut ramener l’achalandage dans nos marchés publics et en faire la promotion pour inciter la population à acheter local. Toutes ces mesures permettront de développer une nouvelle clientèle et de bonifier les produits disponibles tout en s’adaptant aux besoins des consommateurs », indique Josée Néron.

Avant d’aller de l’avant avec le projet à La Baie et les rénovations, l’ERD compte d’abord consulter les commerçants, agriculteurs et artisans.

« Les Halles sont dans un état de décrépitude. Le toit coule, les toilettes ne sont pas entretenues et le plancher est à changer. C’est complètement désolant. En rénovant les lieux et en diversifiant l’offre de service, nous attirerons une nouvelle clientèle en plus de développer une habitude chez les acheteurs », souligne par voie de communiqué Valérie Tremblay, candidate dans le district 8 à Chicoutimi.

À Jonquière, le candidat du district 4, Christian Simard, estime également qu’il faut agir afin de permettre aux entreprises ayant déjà pignon sur rue aux Halles de croître.

« Le commerce dans les Halles n’est pas en très grande croissance. J’ai discuté avec plusieurs personnes qui fréquentent l’endroit et elles sont unanimes. Le bâtiment jonquiérois a besoin d’amour. Certains citoyens qui gravitent autour de ces installations ont des projets de rénovation. Il faut alors s’asseoir avec eux et s’inspirer de leurs idées. »

De son côté, le candidat dans le district 15 à Grande-Baie, Denis Gilbert, dénonce la non-utilisation des infrastructures déjà en place pour tenir un marché public. 

« C’est inconcevable d’avoir abandonné ces infrastructures qui se trouvent derrière la pyramide, à La Baie. Les producteurs de Saguenay auraient pu y tirer profit pendant plusieurs années et ainsi redynamiser le secteur », termine M. Gilbert.