La chef de l'ERD, Josée Néron, s'engage à recentrer l'organisme Promotion Saguenay sur sa mission première, le développement économique.

L'ERD va restructurer Promotion Saguenay

L'Équipe du renouveau démocratique (ERD) entend réorganiser les budgets de Promotion Saguenay pour les orienter vers le soutien aux PME. Selon la chef Josée Néron, elles disposent de bien peu de moyens pour prendre de l'expansion ou développer de nouveaux marchés dans un environnement de plus en plus compétitif.
Il s'agit de l'un des éléments importants proposés par la candidate à la mairie de Saguenay dans le cadre d'un point de presse tenu mardi dans les locaux de l'entreprise Industrie PHD du parc industriel, à Chicoutimi. Pour l'ERD, l'avenir économique de Saguenay passe par la grande entreprise, mais également par le développement des PME et des entreprises qui s'inscrivent dans des secteurs d'avenir comme Ubisoft.
« Sous le régime actuel, Promotion Saguenay dépense plusieurs centaines de milliers de dollars par année dans des budgets de publicité pour faire de l'autopromotion. Ce n'est pas le rôle de Promotion Saguenay de faire de la publicité. Nous allons récupérer ces montants pour embaucher des spécialistes pour travailler en soutien aux PME qui veulent se développer et créer de nouveaux emplois », a expliqué Josée Néron.
Josée Néron rassure les contribuables quant à cette proposition pour les finances municipales. Elle assure qu'il y a moyen de financer ces nouveaux services à même le budget dont dispose Promotion Saguenay. Elle déplore le fait qu'on utilise autant d'argent en promotion alors que les entrepreneurs ont des besoins évidents de soutien de la part de leur organisme de développement économique.
« Nous allons brasser les cartes et épurer les différents secteurs au sein desquels oeuvre Promotion Saguenay. Il faut recentrer la mission de cet organisme municipal afin que celui-ci se concentre sur les vrais enjeux, soit le développement économique et touristique de notre ville, la gestion des centres-villes, de l'aéroport, de Diffusion Saguenay et l'immigration sera redistribuée à des organismes à but non lucratif », insiste la candidate.
L'ERD n'entend pas réinventer la roue en matière de développement économique. Au contraire, les modèles que l'ERD entend mettre en place pour en arriver à restreindre le champ d'action de Promotion Saguenay sont en place ailleurs au Québec et fonctionnent très bien. Elle questionne d'ailleurs « la pertinence de la mainmise de Promotion Saguenay » sur l'organisme Diffusion Saguenay.
Il en est de même pour la gestion des navettes maritimes sur le Saguenay. Josée Néron s'explique mal pourquoi la responsable de ce volet, Priscilla Nemey, n'a jamais daigné répondre aux communications des croisières AML. Elle juge que ce n'est pas nécessairement le rôle d'une ville de gérer un service que le secteur privé peut offrir à moindre coût.
L'ERD a eu à se défendre d'avoir dans ses rangs la candidate Lana Pedneault qui s'est fait connaître dans le dossier des boues rouges. Josée Néron a invité le candidat Dominic Gagnon à cesser de se comporter comme le maire Jean Tremblay et faire circuler des choses qui ne sont pas exactes concernant l'ERD.
Elle rappelle que l'ERD est favorable au projet d'entreposage des boues rouges pour assurer les emplois. Cependant, la formation politique juge important de travailler en collaboration avec les syndicats et Rio Tinto pour trouver des solutions afin de mettre en valeur ces rejets industriels.
L'annonce la semaine dernière d'un projet avec une entreprise de Boston pour récupérer 30 à 35 % de ces rejets constitue justement, selon Josée Néron, le type de solution qu'il faut développer, tout en permettant la poursuite des activités de l'entreprise.
Quant au développement hydroélectrique proposé par Jean-Pierre Blackburn, l'ERD se demande comment le gouvernement du Québec pourra justifier l'achat de volumes additionnels d'électricité alors qu'il a sur les bras des surplus de 4000 mégawatts qu'il n'est pas en mesure de vendre sur le marché du nord-est de l'Amérique.
Néron misera sur la transparence
La chef de l'opposition à l'hôtel de ville au cours des quatre dernières années se réjouit de voir ses adversaires en arriver au même constat sur « l'obscurantisme » qui entoure Promotion Saguenay et le contrôle qu'exerce sur cet organisme Ghislain Harvey, sans obligation de rendre des comptes au conseil municipal malgré un budget de 10 M $.
Mardi, Josée Néron a indiqué que M. Harvey lui avait mentionné lors d'une conversation qu'il entendait prendre sa retraite le 5 novembre. Une décision, si jamais elle est confirmée, qui n'empêcherait pas un conseil dirigé par l'ERD de finalement dévoiler les contrats d'embauche de celui qui a dirigé toute la stratégie politique de Jean Tremblay depuis son élection à la mairie de Chicoutimi avant la fusion.
« Soudainement, mes adversaires constatent qu'il y a un problème de transparence à Promotion Saguenay. Ils ne peuvent surtout pas nous accuser de copier leur programme. Dans ce cas, on doit admettre que ça fait quatre ans que l'opposition et l'ERD talonnent le maire Jean Tremblay et dénoncent cette situation malgré les commentaires négatifs du maire sur notre travail. »
Il est déjà assuré que Ghislain Harvey n'aura plus sa place à la tête de Promotion Saguenay dans une administration ERD. Selon Josée Néron, le modèle de gouvernance qu'elle propose est beaucoup trop transparent et elle ne croit pas que ce dernier puisse se plier à une telle obligation. De toute façon, la chimie n'existe pas entre la chef de l'ERD et le bras droit du maire Jean Tremblay.
Pendant un bref entretien avec Le Quotidien, la candidate à la mairie n'a pas caché que les façons de faire de Promotion Saguenay ont eu un impact négatif sur le climat des affaires à Saguenay et surtout pour les entreprises qui voulaient obtenir le soutien de l'organisme de développement économique. Elle veut rassurer les entrepreneurs quant à sa volonté de rétablir un climat sain où les dossiers seront traités au mérite afin de soutenir le développement économique et non selon les humeurs politiques à l'hôtel de ville et à la direction de Promotion Saguenay.
Cet engagement signifie une dépolitisation en règle de Promotion Saguenay qui aura à rendre des comptes au conseil municipal comme tous les autres OSBL qui verront le jour dans d'autres domaines.