Le Quotidien
La carcasse de ce DHC-2 Beaver serait trop profonde pour être localisée par les plongeurs de la GRC.
La carcasse de ce DHC-2 Beaver serait trop profonde pour être localisée par les plongeurs de la GRC.

L’épave du Beaver d'Air Saguenay est trop profonde

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Le Quotidien
Les recherches en vue de retracer les victimes de l’écrasement de l’appareil DHC-Beaver, de la compagnie Air Saguenay, englouti dans le lac Mistastin au Labrador le 15 juillet dernier, se complexifient alors que les policiers de la Gendarmerie royale du Canada ont perdu la trace de l’épave.