Les membres de l'exécutif de la Fraternité des policiers et policières de Saguenay, avec en tête le président Dominic Doré, ont recommandé l'acceptation de l'entente de principe convenue avec les autorités municipales.

L'entente de principe des policiers de Saguenay acceptée à 90%

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay (SPS) ont entériné leur contrat de travail pour une durée de cinq années, incluant une augmentation de salaire de deux pour cent annuellement.
Au cours de la journée de jeudi, les quelque 165 patrouilleurs, enquêteurs et lieutenants du corps policier ont participé à deux séances d'information en lien avec la convention collective. Les membres de l'exécutif de la Fraternité des policiers et policières de Saguenay, avec en tête le président Dominic Doré, ont recommandé l'acceptation de l'entente de principe convenue avec les autorités municipales.
« Tout ce que je peux dire, c'est que nos membres ont voté en faveur de l'entente de principe intervenue avec la Ville pour notre prochain contrat de travail. Par contre, je ne peux pas aborder le pourcentage du vote ni les conditions de travail étant donné que le contrat n'a pas été accepté encore par les élus de Saguenay », a précisé le président Doré lors d'un entretien téléphonique avec Le Progrès.
Malgré tout, il a été possible d'apprendre que l'entente a été approuvée à 90 pour cent par les syndiqués présents aux assemblées.
Les membres de la force constabulaire de Saguenay auront droit à une hausse salariale de deux pour cent pour à compter de 2017, et ce, jusqu'en 2021.
De plus, huit policiers obtiendront leur permanence, alors que le nombre d'agents à statut temporaire travaillant à temps complet passera de huit à douze. Le corps de police de Saguenay se retrouvera dorénavant avec 175 policiers permanents.
L'âge de la retraite n'a pas été modifié, celle-ci demeurant à 55 ans.
Il reste maintenant aux élus de Saguenay d'entériner cette entente. Les élus devraient procéder lors de la prochaine assemblée du conseil municipal, prévue pour le 4 juillet. Les parties devraient ensuite se revoir pour la signature officielle du contrat de travail.