Marie-Pier Normand-Lejeune

L'enquête préliminaire de Marie-Pier Normand-Lejeune prévue cette semaine

Marie-Pier Normand-Lejeune, accusée du meurtre de son bébé, subira son enquête préliminaire au cours des quatre prochains jours. Cette étape permettra à la défense de connaître la preuve détenue par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, présidera cette enquête, qui devrait se dérouler sous ordonnance de non-publication au Palais de justice d'Alma.
La jeune femme de 23 ans fait face à des accusations de meurtre au deuxième degré, de suppression de part (avoir fait disparaître le cadavre d'un enfant dans l'intention de le cacher) et d'outrage à un cadavre pour l'événement survenu le 21 février 2015 dans un logement de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.
Prison à vie
Si elle est reconnue coupable, Marie-Pier Normand-Lejeune s'expose à une peine de prison à vie, sans possibilité de libération avant 10 à 25 ans.
L'enquête préliminaire sera menée par Me Amélie Gilbert, pour le Directeur des poursuites criminelles et pénales, et par Mes Marie-Ève St-Cyr et Xavier-Jean Gagnon, en défense.
«Le renvoi (à procès) n'est pas contesté. Mais l'enquête préliminaire nous permettra d'en apprendre davantage sur ce que la Couronne possède comme éléments de preuve», mentionne Me St-Cyr. Pour le moment, il a été démontré que le poupon était vivant au moment de l'accouchement.
La femme avait donné naissance au bambin dans la salle de bain de l'appartement de la rue Saint-André, à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.
Les policiers de la Sûreté du Québec avaient indiqué que la mère avait mis le bébé dans un sac. Le conjoint de l'accusée avait jeté le bébé dans une poubelle extérieure.
Conjoint épargné
Si des accusations ont été déposées contre Marie-Pier Lejeune, ça n'avait pas été le cas pour son conjoint, qui avait dit ignorer ce que le sac pouvait contenir. Malgré tout, l'individu de 44 ans faisait toujours l'objet d'une enquête de la SQ lorsque son corps a été découvert sans vie en janvier 2016. La thèse du suicide avait été avancée.
Quant à l'accusée, elle a passé un certain temps à l'hôpital d'Alma après les événements. Elle a ensuite été transférée dans une prison de Montréal, où elle se trouve toujours. Elle a aussi subi un examen psychiatrique.
Marie-Pier Normand-Lejeune est la mère d'un autre enfant, mais celui-ci lui a été retiré avant les événements sous la recommandation de la Direction de la protection de la jeunesse.