L'énergie solaire expliquée aux pêcheurs

Les pêcheurs du secteur Grande-Baie ont reçu la visite, samedi, du Club étudiant en Technologie des énergies renouvelables et rendement énergétique (Terre). Les enseignants et les étudiants du Cégep de Jonquière ont présenté des systèmes énergétiques solaires autonomes aux amateurs de pêche.

Cette rencontre était l’occasion d’en apprendre un peu plus sur les dépenses énergétiques que l’on retrouve dans les cabanes à pêches. La consommation d’électricité pour l’utilisation de radios, de systèmes de chauffage et d’électricité et de sonars n’est pas à négliger.

Présentée l’an passé, cette journée d’activité était de retour, mais cette fois-ci dans le secteur de la pêche aux poissons de fond. Ce milieu est reconnu comme étant plus énergivore. Ainsi, les propriétaires de cabanes du secteur ont pu obtenir le bilan énergétique de leurs installations en fonction du nombre d’heures d’utilisation de chacun des appareils. Cette évaluation permet de faire l’achat de systèmes solaires adaptés aux besoins et au budget des clients. Diverses options moins énergivores sont offertes en fonction des besoins réels des utilisateurs. Selon l’enseignant et chercheur au département de génie électrique du Cégep de Jonquière, Gino Thibeault, il faut compter environ 500 $ pour un système de base d’énergie solaire.

Le système de valises solaires était présenté aux pêcheurs du site de Grande-Baie.