Annie Vanasse, du site Emploi Retraite, a fait connaître les services disponibles pour les chercheurs d’emplois de plus de 45 ans.

L'embarras du choix au Salon de l'emploi de l'UQAC

Les travailleurs qualifiés à la recherche d’un emploi ont eu l’embarras du choix, mercredi, à l’occasion de la tenue du 39e Salon de l’emploi de l’UQAC organisé par l’Association des diplômés.

Dès l’entrée au salon, Nathalie Morin, agente de gestion du personnel au sein du CIUSSS, le plus gros employeur au Saguenay-Lac-Saint, était présente pour informer les visiteurs sur les emplois disponibles. Avec 800 à 900 embauches effectuées annuellement en raison des prises de retraite et remplacement, les ressources humaines ne chôment pas. Les besoins ne se font pas sentir uniquement pour les professionnelles de la santé, mais aussi pour des gens de métier comme des cuisiniers, électriciens, plombiers, etc. « En raison des exigences des conventions collectives existantes, on a besoin de gens qui ont des diplômes, mais aussi de l’expérience. »

Parlant d’expérience, Annie Vanasse, coordonnatrice du site Emploi Retraite, créé il y a un an par Julie Dufresne, présidente d’honneur du salon, affirme que cette dernière a entendu les besoins des entreprises en s’adressant aux chercheurs d’emplois seniors de plus de 45 ans. « Il y a de plus en plus d’entreprises qui recherchent la stabilité et de la confiance chez la main-d’oeuvre. Des gens qui n’auront pas besoin de prendre des congés de maternité, qui n’auront pas à s’absenter pour cause d’enfants malades et qui vont combler des besoins autres que ce que peut faire la jeunesse », explique Mme Vanasse.

À l’aide d’un questionnaire, le site Emploi Retraite permet de bâtir un c.v. qui pourra être consulté par des employeurs potentiels.

Marche des recruteurs

En début d’après-midi, employeurs et chercheurs d’emplois ont pu se livrer à des entrevues d’emplois hors normes à l’occasion de la marche des recruteurs. Plutôt que de s’asseoir en face à face dans un bureau fermé pour une entrevue aseptisée, employeurs et recrues ont pu marcher ensemble en espadrilles sur l’anneau du Pavillon sportif de l’UQAC pour discuter de possibilités d’emplois. 

Le salon a permis de réunir également des représentants des commissions scolaires de l’Estuaire et du Fer, sur la Côte-Nord, qui cherchent également à combler plusieurs postes d’enseignants.

Michel Poirier, directeur des ressources humaines de la CS du Fer, affirme que la réouverture prochaine de la mine du lac Bloom, à Fermont, commence à faire sentir ses effets sur les emplois disponibles.

S’ajoutent les réinvestissements qu’a fait le gouvernement en éducation qui se répercutent par la création directe d’une douzaine d’emplois d’enseignants.