Plus de 150 étudiants participent à la Compétition étudiante canadienne de drones qui se tient au Centre d’excellence sur les drones d’Alma.

L’élite canadienne des drones à Alma

Une centaine de futurs ingénieurs provenant des quatre coins du Canada ont convergé à Alma l’instant de quelques jours alors que le Centre d’excellence sur les drones (CED) accueille la Compétition étudiante canadienne de drones. L’événement, organisé en collaboration avec Systèmes télécommandés Canada, réunit plus de 150 étudiants provenant d’une quinzaine d’universités canadiennes.

La ville d’Alma se partage la tenue de la compétition étudiante canadienne de drones avec un autre site du Manitoba. Cette année, la Ville de l’Hospitalité en est à son quatrième accueil.

Les quatorze équipes se préparaient, vendredi, dans le hangar du CED.

« Cela nous apporte des étudiants d’un peu partout au Canada. Ils proviennent de l’Université de Victoria jusqu’à Terre-Neuve et débarquent pour la fin de semaine. Ce sont les derniers ingénieurs qui travaillent dans le domaine. Cela amène beaucoup d’entreprises qui s’intéressent aux technologies et aux façons de faire », précise le directeur général du Centre d’excellence sur les drones, Marc Moffatt. Celui-ci rappelle le caractère unique du site almatois alors qu’il n’existe aucune équivalence au Canada.

Programme chargé

Plusieurs activités attendent les participants au cours des trois journées de compétition. « Cette année, le scénario consiste en l’inspection de panneaux solaires. On simule des dommages causés par une tempête. Les équipes devront survoler les panneaux solaires, les inspecter et identifier les défauts. Ils devront apposer une marque sur les panneaux solaires », explique Marc Moffatt.

Lors du passage du Progrès, vendredi midi, les participants s’affairaient à compléter le montage et l’ajustement de leurs drones. La journée a débuté avec la présentation des 14 équipes.

Les étudiants devront également réaliser une activité de simulation en compagnie d’un client. Ils seront appelés à effectuer une présentation devant les clients, en s’assurant de bien saisir leurs besoins.

M. Moffatt confirme que la compétition universitaire se colle à la réalité du marché du travail qui attend les participants.

+

EXPLORER DE NOUVEAUX HORIZONS

Par le passé, l’équipe Élikos participait à l’International Aerial Robotics Competition (IARC), une compétition intérieure qui se déroulait à Atlanta. Cette année, les étudiants de Polytechnique Montréal ont manifesté le désir de faire changement. Ils ont alors mis le cap sur Alma. 

« On a décidé d’explorer de nouveaux horizons, de nouveaux défis, comme celui de voler à l’extérieur. On veut développer l’expertise de voler à l’extérieur, ce que nous ne possédons pas encore », explique l’un des membres de l’équipe, Mohamed Riad Gahlouz. Celui-ci en est à sa troisième année d’études en génie logiciel et comme membre de l’équipe Élikos. 

Les membres de l’équipe proviennent de différents champs d’études, dont le génie aérospatial, le génie mécanique, le génie informatique, le génie logiciel et le génie électrique.

Ceux-ci se rencontrent chaque jour à l’atelier de l’équipe Élikos, qui se retrouve entre les murs de Polytechnique Montréal.

« Élikos nous apprend à travailler entre différents génies et à mieux communiquer. Après tout, nous ne travaillons jamais seuls sur le marché du travail », ajoute Mohamed Riad Gahlouz. 

Au terme de ses études, ce dernier prévoit démarrer sa propre start-up consacrée aux drones. Mohamed Riad Gahlouz compte fabriquer des drones autonomes pour la livraison de colis et pour le transport de passagers. Il est convaincu qu’éventuellement, cela sera réalisable de manière sécuritaire.