Légère hausse du taux de la taxe à Alma

Alma augmente légèrement son taux de taxation résidentielle, passant de 0,79 $ à 0,81 $, et maintient un gel des tarifs des services d’aqueduc, d’égout et de collecte des matières résiduelles.

Le compte de taxes pour une résidence moyenne d’une valeur de 190 000 $ augmentera de 1,14 %, soit 23 $ de plus qu’en 2017. « Ça représente un café de moins par mois », a imagé le maire Marc Asselin. 

« Nos taux de taxation résidentiel, industriel et commercial restent parmi les plus enviables au Québec. Si l’on compare la charge fiscale moyenne des 25 municipalités membres du caucus des cités régionales de l’Union des municipalités du Québec, on peut constater que la Ville d’Alma arrive au deuxième rang avec une charge fiscale moyenne de 2027 $. »

Les élus almatois ont adopté un budget d’un peu plus de 66 millions $, ce qui représente une progression d’environ 2 % par rapport au budget 2017. Ce budget de fonctionnement comprend un montant de 5,6 millions de dollars pour les investissements payés comptant. Dans le cadre du programme triennal, le conseil municipal prévoit investir une somme de près de 14 millions $ pour l’année à venir.

Parmi les plus importants projets de 2018, un peu plus de 2,5 millions $ seront investis dans l’agrandissement de la caserne de pompiers. Les élus ont également réservé un million $ pour les travaux à la Dam-en-Terre et quelque 350 000 $ sont destinés au stationnement du Centre Mario-Tremblay. 

En ce qui concerne la dette, le maire a insisté sur la « bonne performance » de sa ville en se comparant à nouveau aux autres municipalités. 

« En comparant les 25 cités régionales, on constate une fois de plus qu’Alma arrive au deuxième rang avec un endettement total net de 2548 $ par unité d’évaluation. Seule la ville de Rimouski nous devance », a souligné Marc Asselin.

L’endettement net non consolidé d’Alma, excluant sa quote-part dans la dette à long terme de la MRC, a baissé d’environ un million $ au cours de la dernière année pour atteindre 23,3 millions $.

La Ville s’attaque aux terrains vagues desservis

Les propriétaires de terrains vagues desservis verront leur compte de taxes grimper en 2018. Le taux fait un bond de 20 cents, atteignant 1,01 $. 

«Il y a plusieurs beaux terrains vagues dans notre ville qui dorment. Il y a de la spéculation derrière tout ça. On parle de beaux terrains en friche où on doit offrir les services. Ce qui est injuste pour les citoyens, car ce sont eux qui payent pour le déneigement, l’aqueduc, etc. Et il n’y a aucun retour sur notre investissement», pointe le maire d’Alma.

La valeur des terrains vagues desservis frôle les 22 millions $ à Alma. Cette hausse de 20 cents permettra à la Ville de récolter 44 000 $ de plus. Ces nouveaux revenus serviront au financement d’un tout nouveau programme d’aide sous forme de crédit de taxes dédié à la rénovation de bâtiments commerciaux. La Ville devrait ajouter 40 000 $ pour compléter l’enveloppe du programme.

«C’est la première fois qu’on décide de prendre une partie des revenus de taxation de ce secteur pour créer un programme. On va en dévoiler les modalités au début de l’année 2018», précise le maire d’Alma.