En 2012-13, le Saguenay-Lac-Saint-Jean comptait 4087 travailleurs parmi les infirmières, infirmières auxiliaires, infirmières cliniciennes et praticiennes et préposés aux bénéficiaires.

Légère hausse du nombre d'employés

Le nombre d'employés du milieu de la santé a légèrement augmenté au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans la dernière année, comme pour l'ensemble du Québec, mais le nombre d'infirmières, lui, diminue partout dans la province, incluant la région.
L'Institut de la statistique du Québec a dévoilé, hier, les derniers chiffres sur les effectifs du réseau de la santé et des services sociaux pour les diverses catégories du personnel infirmier.
En 2012-2013, le Saguenay-Lac-Saint-Jean comptait 4087 travailleurs parmi les infirmières, infirmières auxiliaires, infirmières cliniciennes et praticiennes et préposés aux bénéficiaires.
Depuis 2008-2009, la région s'est enrichie de 222 employés, dont six de plus depuis l'an dernier.
En contrepartie, le nombre d'infirmières a diminué de 5,8 pour cent depuis la même période, passant de 1663 infirmières en 2008-2009 à 1572 en 2012-2013. Même constat pour les infirmières auxiliaires, dont le nombre est passé de 860 à 800, soit une diminution de 7,5 pour cent.
Par contre, le nombre d'infirmières cliniciennes et praticiennes a bondi de 33,1 pour cent, passant de 462 à 691 au cours des cinq dernières années, alors que les préposés aux bénéficiaires ont aussi vécu une hausse intéressante de 14,1 pour cent, soit de 880 en 2008-2009 à 1024 l'an dernier.
Au global, la région est passée de 14,03 employés par tranche de 1000 habitants en 2008-2009 à 14,70 en 2012-2013, soit une hausse de 0,7 pour cent.
«La variation n'est pas très grande. Nous engageons environ 200 infirmières annuellement afin de combler les départs à la retraite, les congés de maternité et de maladie et les départs», explique Marc-Antoine Tremblay, porte-parole de l'Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
«Nous sommes chanceux dans la région de miser sur des finissants en provenance de l'Université du Québec à Chicoutimi et des cégeps de Jonquière, Chicoutimi, Alma et Saint-Félicien», précise-t-il.
Malgré tout, plusieurs jeunes infirmiers et infirmières peinent à obtenir des postes à temps complet dans les établissements de santé de la région.
Marc-Antoine Tremblay confirme l'information, mais ajoute que les hôpitaux régionaux ont beaucoup amélioré leur façon de faire afin d'offrir des horaires plus réguliers et accorder des horaires sur quelques semaines.
«Mais il ne faut pas oublier que nos hôpitaux sont ouverts sept jours sur sept et 24 heures par jour. Il doit donc y avoir des infirmières le jour, le soir, la nuit et les fins de semaine. Mais tout le monde essaie de s'améliorer», ajoute M. Tremblay.
Le portrait est similaire pour l'ensemble du Québec. Les effectifs totaux sont passés de 104 807 employés il y a cinq ans à 111 553 l'an dernier. La baisse du nombre d'infirmières a aussi diminué passant de 37 072 à 35 266, une baisse de 5,1 pour cent.
Le Québec comptait 13,68 employés de la santé pour chaque groupe de 1000 citoyens en 2012-2013.