Le premier ministre François Legault amorce mercredi une mission économique de deux jours à Boston.

Legault à Boston pour vendre l’hydroélectricité

Déterminé à «enrichir les Québécois», François Legault a entamé sa mission économique en Nouvelle-Angleterre mercredi en proposant de trouver un autre chemin pour acheminer l’hydroélectricité du Québec au Massachusetts.

Ces derniers mois, le projet de ligne de transport électrique Northern Pass a été rejeté par le New Hampshire. Une rebuffade qui n’effraie pas le premier ministre du Québec.

Selon lui, il existe «au moins deux» autres alternatives afin de mener à bien le projet de vendre l’électricité québécoise aux Américains. Soit de faire passer la ligne de transport par le Vermont ou par le Maine. Un projet est déjà en cours dans l’État du Maine, tandis que le gouverneur du Vermont, que M. Legault a rencontré à Montréal mardi, se dit aussi prêt à faire passer l’hydroélectricité du Québec sur son territoire. 

De nombreuses rencontres sont à l’horaire de cette mission à Boston que le premier ministre effectue en compagnie de son ministre de l’Énergie Jonatan Julien. Les deux hommes rencontreront le gouverneur du Massachusetts Charlie Baker jeudi afin d’envoyer un message clair : que le Québec veut continuer à travailler sur le contrat d’approvisionnement en énergie de cet État. 

«Il y a eu une entente de principe importante, mais elle n’est pas encore ratifiée», a prévenu M. Legault en mêlée de presse à Québec, avant son départ. 

Cette entente d’approvisionnement prévoit que le Québec nourrisse le Massachusetts en électricité pendant 20 ans. Les revenus de cette entente sont estimés à 10 milliards $. 

«Open for business»

Après s’être entretenu avec les gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre sur l’énergie que le Québec a à offrir, François Legault tiendra à peu près le même discours à Toronto lundi, où il rencontrera son homologue, le premier ministre ontarien Doug Ford. 

«We are open for business!» a lancé en anglais M. Legault lors de son discours devant la Fédération québécoise des municipalités mercredi. Selon lui, c’est le message que le Québec doit faire résonner chez les provinces et les États voisins. 

M. Legault souhaite que le Québec brasse des affaires avec ses voisins et attire davantage d’investissements dans ses régions. «C’est comme ça qu’on va réduire nos écarts de richesse avec nos voisins», plaide-t-il.