Pierre Lavoie s’élance pour la 10e fois sur la route pour parcourir 1000 kilomètres. Il a profité du passage des chefs politiques fédéraux pour demander au gouvernement d’investir dans la prévention, à l’aube de la légalisation de la marijuana.

Légalisation de la marijuana: mise en garde de Pierre Lavoie

Le Grand défi est la fête de la santé et son fondateur Pierre Lavoie a profité de la présence exceptionnelle de Justin Trudeau sur la scène du départ à La Baie pour exiger du gouvernement des investissements massifs en prévention avec la légalisation de la marijuana.

Cette mise en garde de l’athlète baieriverain, qui a lancé le mouvement des saines habitudes de vie au Québec, s’inscrivait dans sa traditionnelle allocution aux cyclistes d’avant départ. Pierre Lavoie a profité de ce moment pour plaider en faveur de la prévention afin d’en arriver à ce que les gens s’occupent bien de leur santé.

« Monsieur le premier ministre, vous savez ce que je pense. Vous allez légaliser la marijuana bientôt et j’espère que les efforts seront faits en prévention », a déclaré Pierre Lavoie sur un ton amical. Le premier ministre a fait signe que la prévention suivra cette légalisation, puisque l’initiateur du Grand défi estime qu’elle devra être bien articulée afin d’éviter les dérapages.

Pierre Lavoie avait préalablement cité plusieurs exemples justifiant la nécessité de bien s’occuper de sa santé, au même titre que les entreprises doivent prendre des mesures pour assurer la sécurité des travailleurs.

La mairesse Josée Néron avait promis de faire le Grand défi après une boucle en 2015 si elle était élue mairesse de Saguenay. Malgré une vilaine grippe, elle s’est présentée à la ligne de départ et les gens qui la connaissent n’ont aucune inquiétude quant à la suite des choses.

Sur ces mots, Pierre Lavoie a demandé aux cyclistes de rouler avec prudence puisque l’important est de rentrer à la maison en santé, et de faire son travail.

Les citoyens de Saguenay ont pu applaudir pour la première fois leur mairesse qui revêtait le maillot du cycliste. Josée Néron a bien dissimulé une vilaine grippe pour expliquer à la foule avoir pris l’engagement, lors d’une rencontre en 2015 avec Pierre Lavoie, de faire le Grand défi si elle était élue mairesse de Saguenay.

« Les élus municipaux sont le gouvernement de proximité. Ils sont ceux qui ont la possibilité de rendre accessible aux citoyens les équipements de loisir », a résumé Mme Néron avec beaucoup d’enthousiasme.

solidarité politique
Le premier ministre Justin Trudeau a de son côté profité de ce rassemblement pour passer un message politique en cette période trouble dans les relations canado-américaines. Sans jamais mentionner la crise diplomatique sur fond d’affrontement avec Donald Trump, Justin Trudeau a salué la présence des chefs de l’opposition Andrew Scheer et du chef du NPD Jagmeet Singh.

Le départ du Grand défi a été légèrement ralenti, alors que Justin Trudeau et Sophie Grégoire ont serré de nombreuses mains en souhaitant bonne chance aux cyclistes, qui ont patienté de très longs moments devant la tribune d’honneur avant de donner un premier coup de pédale.

« Je remercie les deux chefs de l’opposition qui sont ici. Il faut comprendre que nous sommes forts quand on reste ensemble. Il y a des moments où il faut se rassembler », a insisté le premier ministre du Canada, qui a rendu hommage par la même occasion à ce grand rassemblement pour soutenir les saines habitudes de vie.

Selon Justin Trudeau, un tel rassemblement démontre jusqu’à quel point le sport peut rassembler les gens. Il s’agit pour lui d’un succès de sensibilisation. Justin Trudeau aurait bien aimé passer un peu plus de temps à Saguenay, mais a signalé que son horaire était passablement chargé en ce moment. Le premier ministre a tout de même profité de ce bref moment pour donner de la visibilité à sa candidate Lina Boivin dans Chicoutimi-Le Fjord. Elle est montée sur la tribune d’honneur pendant que M. Trudeau s’adressait à la foule et aux cyclistes qui attendaient de prendre le départ.

Au chapitre des performances, et dans les circonstances de ce happening, le premier ministre Trudeau a peut-être fait une moins bonne performance que sa conjointe Sophie Grégoire, qui a insufflé une bonne dose d’énergie aux cyclistes en prononçant une brève allocution sur les bienfaits du sport. Sophie Grégoire est elle-même une cycliste qui reconduit son fils à l’école, hiver comme été, avec son vélo.

Pour Mme Grégoire, le sport n’est pas seulement bon pour la santé physique, il est aussi un moyen pour permettre à chacun de connaître ses limites.

Le grand défi a servi de trêve politique, comme en témoigne cette rencontre amicale d’Andrew Scheer et de Sophie Grégoire sous le regard amusé du candidat Richard Martel. Depuis les attaques de Donald Trump, les chefs politiques canadiens font preuve de solidarité.

« Merci à Pierre Lavoie pour ce rassemblement d’êtres humains. Ensemble, on peut faire des choses extraordinaires. Le sport permet de nous connaître physiquement et mentalement. »

Les cyclistes ont finalement eu droit au départ tant attendu, surtout pour ceux qui s’élancent sur la piste des 1000 kilomètres. Le chanteur de U2 Bono s’est adressé au peloton par vidéo avec en sourdine la populaire chanson Where the street have no name... Le 10e Grand défi était lancé.