Quatre candidats se sont affrontés lors d’un débat mardi à l’hôtel Le Montagnais. De gauche à droite : Pierre Dostie (QS), Sylvain Gaudreault (PQ), François Tremblay (CAQ) et Serge Simard (PLQ).

L’économie régionale au coeur du débat

Des candidats des quatre principaux partis politiques ont débattu pour la première fois des enjeux économiques qui touchent le Saguenay–Lac-Saint-Jean devant une centaine de membres de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord, mardi midi.

Organisé en collaboration avec Le Quotidien et Radio-Canada, ce débat régional a principalement porté sur des questions regroupées sous trois thèmes précis, soit le développement économique, la démographie et l’emploi ainsi que l’environnement comme enjeu économique.

Pour l’occasion, Pierre Dostie de Québec solidaire (QS), Sylvain Gaudreault du Parti québécois (PQ), François Tremblay de la Coalition avenir Québec (CAQ) et Serge Simard du Parti libéral du Québec (PLQ) se sont affrontés dans ce débat 100 % masculin animé par le journaliste de Radio-Canada Jean-François Coulombe.

Le candidat du PQ a donné le ton au débat dès la première question, laquelle portait sur la proposition la plus audacieuse que les candidats avaient à offrir aux électeurs de la région.

« Le thème de ce débat, c’est “Entre le rêve et la réalité”. Quand j’entends mes adversaires, j’ai l’impression qu’on a le rêve de la CAQ et la réalité désastreuse des quatre dernières années du gouvernement libéral. Entre les deux, il y a une réalité pratique, pragmatique et réaliste qui est celle que nous proposons », a lancé Sylvain Gaudreault à l’intention de ses adversaires.

LA CAQ CIBLÉE
C’est d’ailleurs François Tremblay qui a essuyé le plus grand nombre d’attaques durant ce débat qui a duré un peu plus d’une heure et vingt minutes, à l’hôtel Le Montagnais.

Appelés à expliquer comment leurs formations respectives comptaient redonner du pouvoir aux régions, les candidats ont rapidement attaqué le candidat caquiste sur les propositions de son chef François Legault, qui souhaite réduire considérablement la taille de l’État.

La réforme du mode de scrutin a aussi donné lieu à de nombreux échanges entre les candidats.

« Ils veulent transférer à Québec et Montréal le poids politique des régions. Ils sont tous pour le vote proportionnel. Ça va avoir des effets pervers. On ne pourra plus se faire entendre [...] et ça, je n’accepte pas ça », a dit Serge Simard à propos de la réforme du scrutin défendue par les trois autres partis.

La pénurie de main-d’œuvre a évidemment occupé une grande place durant ce débat. Le candidat solidaire Pierre Dostie a proposé entre autres d’avoir recours aux travailleurs retraités qui pourraient fournir une main d’œuvre à temps partiel comme piste de solution. Il s’est positionné en faveur d’une hausse du niveau de diplomation dans la région pour retenir les jeunes. « Si on n’offre pas de programmes intéressants, les jeunes ne resteront pas. »

OUI AUX GRANDS PROJETS
L’ensemble des candidats a dit soutenir les grands projets économiques attendus dans la région comme GNL Saguenay, Métaux BlackRock et Arianne Phosphate. La réalisation de ce dernier projet a toutefois fait l’objet de discussions plus serrées entre les candidats en raison des impacts environnementaux liés à la construction d’un port entre Sainte-Rose-du-Nord et Saint-Fulgence. Les quatre candidats ont toutefois convenus que la région ne pouvait se permettre de passer à côté de ce projet, pourvu qu’il respecte les conditions de l’Agence canadienne d’inspection environnementale, qui doit remettre son rapport le 19 octobre prochain.

« Il faut sortir du 20e siècle et cesser d’opposer environnement et développement économique. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est la région la mieux positionnée pour tirer son épingle du jeu », a indiqué Sylvain Gaudreault. « On peut, et on doit faire les deux en même temps », a aussi assuré Serge Simard.

+

OUI UNANIME À L'AMPHITHÉÂTRE+

Les quatre candidats ont tous donné leur appui au projet de construction de l’Amphitéâtre+ proposé par l’administration de Josée Néron au centre-ville de Chicoutimi. 

Répondant aux questions provenant des membres de la Chambre de commerce, les débatteurs ont tous promis qu’ils appuieraient les demandes de Saguenay pour la construction du nouvel aréna. Le candidat de la CAQ François Tremblay a toutefois dit qu’il attendrait « la position du peuple » avant d’aller de l’avant au lendemain de l’élection d’un éventuel gouvernement caquiste. Serge Simard a également rappelé que ce serait « aux citoyens de trancher ».

Et bien qu’il considère que les libéraux ont utilisé le projet en vue de se faire du capital politique, Sylvain Gaudreault a aussi rappelé que le PQ soutenait le projet d’amphithéâtre. De son côté, Pierre Dostie espère que la réalisation du complexe sportif ne nuira pas à d’autres projets prévus dans les autres arrondissements de Saguenay. 

+

CE QU'ILS ONT DIT

«M. Simard et son chef avant lui aiment brandir des épouvantails à moineaux. La proportionnelle sur laquelle on s’est entendu, c’est une proportionnelle compensatoire régionale. C’est sûr qu’ils n’ont pas le goût de perdre le pouvoir, ça va donner plus de députés aux autres partis.» 

– Sylvain Gaudreault, en réponse à Serge Simard du PLQ qui se dit contre la réforme du mode de scrutin 

**

«Si c’est clair pour M. Tremblay la politique sur l’immigration de la CAQ, ce n’était pas clair pour son chef parce qu’il n’est pas capable de l’expliquer alors qu’il en parle depuis quatre ans. Faut quand même le faire...»

–Sylvain Gaudreault, en réponse à François Tremblay de la CAQ qui a défendu sa position sur l’accueil des immigrants en région 

**

«La pénurie de main-d’oeuvre n’arrive pas comme ça par miracle. Il y a eu un manque de planification en amont par les gouvernements qui se sont succédé précédemment.»

– François Tremblay, qui a lancé une pointe au PQ et au PLQ à propos du problème de main-d’oeuvre qui touche la région 

**

«Le projet Saint-Laurent s’est développé uniquement entre Québec et Montréal. On oublie complètement les régions. M. Legault, sa philosophie, c’est que si on met de l’argent entre Québec et Montréal, ça va déteindre sur l’ensemble des régions. Je m’excuse, mais moi je n’y crois pas et ça va faire disparaître les régions.»

– Serge Simard en réponse à François Tremblay de la CAQ, à propos du projet Saint-Laurent, ce plan de développement économique au coeur du programme du parti de François Legault

**

«Ce n’est pas en faisant de la pression sur les immigrants et en leur imposant des contraintes – que nous n’avons même pas les pouvoirs d’appliquer comme province–, qu’on va régler le problème de l’immigration.»

– Pierre Dostie, qui a dénoncé le plan de la CAQ en matière d’accueil des immigrants