L'école Georges-Vanier restaurée: Chicoutimi aurait la prochaine

La directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, Chantale Cyr, compte faire de l'école Au Millénaire une source d'inspiration pour transformer d'autres écoles sur son territoire. Elle rêve d'en transformer une par année, dont la prochaine serait située à Chicoutimi.
Celle qui est directrice générale de la commission scolaire depuis mai 2016 aimerait que le prochain établissement s'inspirant du concept de l'école Au Millénaire ouvre ses portes à la rentrée scolaire 2018-2019.
« Ce sera au conseil d'administration de statuer sur la question, a-t-elle cependant précisé. Il pourrait y en avoir une autre, à Chicoutimi. Est-ce que ce serait encore un projet d'école particulier ou une école de quartier cette fois-ci ? Ça fera partie des options à évaluer. »
L'école serait aménagée dans un établissement désaffecté appartenant à la commission scolaire. La réouverture d'une école à Chicoutimi permettrait de désengorger les classes, puisque la commission scolaire doit faire face depuis quelques années à une augmentation de la clientèle.
« Cette année, nous avons 133 élèves de plus, et l'an dernier, c'était une centaine », a-t-il illustré. Si le projet se réalise, il ne sera pas cependant pas situé dans le secteur nord de Chicoutimi, où les besoins sont moins importants qu'au centre-ville.
Les sommes utilisées pour réaliser le projet seront puisées de la même manière que pour l'école Au Millénaire. « En faisant des travaux à l'interne, ça nous permet de dégager plus d'argent avec le budget que le ministère nous octroie, que si on faisait affaire avec des contractants. C'est un peu comme pour les rénovations à la maison, lorsqu'on choisit de les faire soi-même plutôt que de faire affaire avec un entrepreneur. »
La directrice générale aimerait transformer une école par année. « On a le droit de rêver ! », a-t-elle lancé, le sourire aux lèvres. Elle désire aussi s'inspirer du concept pour apporter des changements dans les écoles secondaires.
Une opération de 425 000 $
L'école trilingue primaire Au Millénaire, à La Baie, a accueilli ses 170 élèves en vue de la rentrée scolaire, dimanche en avant-midi. Les parents, autant que les jeunes, étaient émerveillés de visiter les lieux de l'ancienne école Georges-Vanier, réaménagée au coût d'environ 425 000 $, où l'on retrouve maintenant technologies d'apprentissage, décors thématiques et colorés, en plus d'une cuisine, d'une serre et d'un petit magasin.
Les élèves, de la maternelle à la sixième année, avaient visiblement hâte de visiter leur nouvelle école où ils apprendront le français, l'anglais et l'espagnol. Avant la visite, les jeunes recevaient leur iPad, fourni par la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay, qui sera leur principal outil d'apprentissage. Ils étaient ensuite invités à faire un rallye technologique pour découvrir les lieux.
« Rouvrir une école de quartier aurait coûté environ 250 000 $, selon les mises aux normes et les travaux à faire, et dans le cas de ce projet de commission scolaire, pour la mettre aux couleurs "du Millénaire", avec les ajouts technologiques, ça monte à environ 400 000 à 425 000 $ », a expliqué la directrice générale de la commission scolaire, Chantale Cyr, qui se trouvait sur place pour accueillir parents et élèves.
Elle explique que les coûts du projet ont pu être diminués grâce au travail réalisé à l'interne par les employés de la commission scolaire, ce qui a aussi permis de terminer les travaux entamés à la mi-janvier plus rapidement. « Il faut parfois simplement faire preuve de créativité. Nous devions remplacer la céramique et peinturer, alors pourquoi ne pas y mettre de la couleur ? », a-t-elle donné en exemple.
Les piliers extérieurs du bâtiment, qui devaient être rafraîchis, en sont un autre bel exemple : auparavant blancs, ils arborent maintenant les couleurs de l'arc-en-ciel.
Classes thématiques
Ces mêmes couleurs vives se retrouvent dans les salles de classe de l'école, qui ont chacune leur thématique. La présence de plantes, de tables de toutes les formes fabriquées sur mesure, de sièges, parfois suspendus ou qui prennent d'autres forment non conventionnelles, sont d'autant de détails qui rendent chaque pièce unique. 
L'environnement, la ville, l'espace, le musée, les voyages et l'électronique ne sont que quelques-unes des thématiques qui décorent les locaux, qui n'ont rien à voir avec les salles de classe traditionnelles. L'aménagement est aussi pensé en fonction des nouvelles approches en pédagogie, de l'utilisation de la réalité virtuelle et d'écrans interactifs.
Les méthodes d'enseignement devront elles aussi être adaptées. D'ailleurs, tous les employés engagés pour travailler à l'école Au Millénaire doivent parler au moins deux langues, même le concierge !
Chaque cycle du primaire a sa propre thématique et son espace commun pour permettre de consolider les apprentissages. « On sort de la philosophie de classe : on veut ce soit un milieu de vie », a ajouté Mme Cyr.
Les parents, ébahis par le concept, ne cachaient pas leur enthousiasme en visitant l'école, tandis que les enfants s'appropriaient déjà les lieux.
Cuisine, serre et magasin accessibles
La grande cuisine, la serre et le magasin, où les enfants pourront mener des projets entrepreneuriaux tout en combinant l'apprentissage de certaines matières, seront aussi accessibles à toutes les écoles de la Commission scolaire, sur réservation.
Trois mentors ont donné bénévolement de leur temps pour prodiguer des conseils sur l'aménagement des lieux et l'achat d'équipement, soit le chef propriétaire de l'Auberge des 21, Marcel Bouchard, la propriétaire des Jardins Baie Lactée, Josée Gagné, et le chef David Janelle, copropriétaire du restaurant La Cuisine. « C'était un défi pour moi, et je suis une fille de défis, a souligné Mme Gagné. Le fait de travailler avec les jeunes et de leur transmettre ma passion m'intéressait vraiment. »
500 inscriptions à la pige
La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay a reçu environ 500 demandes d'inscription à l'école Au Millénaire de La Baie pour les 170 places disponibles, qui étaient attribuées à la pige. L'école primaire peut accueillir des jeunes de tout le territoire de la commission scolaire.
Les parents des enfants inscrits doivent défrayer 2000 $ par famille pour le transport matin et soir en autobus scolaire, de la porte de la maison vers l'école, peu importe qu'ils demeurent à Saint-Honoré ou à La Baie.
L'école Au Millénaire est un projet de commission scolaire, au même titre que le sport-arts-études ou le programme Montessori, a précisé la directrice générale de la Commission scolaire, Chantale Cyr, et non une école de quartier, ce qui permet à la Commission scolaire de demander des frais supplémentaires pour le transport, en vertu de la Loi sur l'instruction publique.
« Il avait été clair, dès le début, lors des rencontres d'informations, que les frais de transport pouvaient aller jusqu'à 2000 $, a-t-elle indiqué. Il s'agit des seuls frais supplémentaires demandés aux parents pour l'école Au Millénaire. » Pour les élèves demeurant à proximité, des groupes de parents se sont organisés.