La gynécologue-obstétricienne Tessa Bergeron a effectué l’échographie cardiaque foetale de Sophie Bégin. Cet examen permettra à 250 femmes de la région d’éviter un déplacement à Québec. La prise en charge en cas de problème sera confiée au Centre hospitalier de l’Université Laval.

L’échographie cardiaque foetale offerte dans la région

Les futures mères peuvent maintenant passer une échographie cardiaque fœtale à l’hôpital de Jonquière quand elles présentent des signes de risque ou qu’elles ont déjà eu un enfant présentant une problématique de cette nature.

Il s’agit d’un nouveau service dispensé par le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis le mois de décembre. Le projet a été réalisé en collaboration avec le Fonds de dotation Santé Jonquière et la gynécologue-obstétricienne Tessa Bergeron. À la fin de sa résidence en spécialité, Mme Bergeron a complété une formation avec des cardiologues pédiatriques de l’hôpital Sainte-Justice qui vont lui permettre de faire passer les examens.

La directrice des programmes de santé mentale et de dépendance et du programme jeunesse du CIUSSS, Julie Lavoie, a indiqué que pas moins de 250 femmes devaient se rendre à Québec chaque année afin d’obtenir cet examen. Il s’agit d’une échographie qui est réalisée entre la 20e et la 24e semaine de grossesse. Depuis le début de l’année, 60 femmes enceintes de la région ont passé l’examen afin de vérifier l’état du cœur du fœtus.

Mme Lavoie réitère que l’ajout de ce service d’examen était au cœur de la mission du CIUSSS qui est de veiller sur la santé et le bien-être de la population régionale.

La spécialiste a expliqué que les problèmes cardiaques d’un fœtus sont de deux ordres. Ils peuvent découler de l’exposition à une médication prise par la mère ou à une cause transmise génétiquement à l’enfant à naître. C’est ce qui explique que les parents dont un enfant a eu un problème au cœur auront l’opportunité d’avoir rapidement une réponse à leur interrogation.

« L’examen doit être fait dès que le cœur du fœtus est assez gros et assez tôt afin de référer rapidement à l’équipe de cardiologie pédiatrique du Centre hospitalier universitaire de Québec si une anomalie est détectée », a expliqué la spécialiste, en rappelant qu’il n’y a pas de spécialiste dans cette discipline spécifique dans la région.

Elle a signalé que les problèmes cardiaques chez les fœtus ne sont pas plus importants dans la région qu’ailleurs au Québec malgré la dynamique de l’effet fondateur des populations. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est toutefois la première région à l’extérieur de Montréal et Québec à offrir ce service d’examen.

« En tant que médecin et en tant que mère, je suis heureuse de pourvoir rassurer les familles de la région en leur offrant la possibilité de réaliser cet examen rapidement dans leur milieu », a souligné la gynécologue-obstétricienne.

La directrice du Fonds de dotation Santé Jonquière, Sandra Lévesque, a de son côté expliqué que 30 000 $, dont 19 000 $ des clubs Kiwanis de la région, ont été nécessaires pour doter le service d’imagerie médicale de la technologie nécessaire pour être en mesure d’offrir ce service. Il s’agit des logiciels et de deux sondes.

« Pour nous, il s’agissait de maximiser l’achat de notre appareil d’échographie réalisé en 2016. C’est un ajout à notre appareil qui permet aujourd’hui d’offrir un service à toute la population régionale », a expliqué Sandra Lévesque.