L’arrondissement de Jonquière a accepté, cete semaine, de modifier le règlement de zonage du terrain de l’église Saint-Jacques et de son presbytère, à la demande de Québec Issime. Le producteur Robert Doré confie que la troupe planche sur un projet de théâtre et de gîte du passant.

Le zonage de l’église Saint-Jacques modifié

L’entreprise productrice de spectacles Québec Issime, propriétaire de l’église Saint-Jacques d’Arvida, souhaite créer un Centre de récréation des arts de la scène dans l’enceinte de l’ancien lieu de culte. Un théâtre pourrait voir le jour, de même qu’un gîte et un restaurant dans le presbytère adjacent au temple religieux aujourd’hui désacralisé.

Le directeur de la compagnie, Robert Doré, signale que toutes les démarches ont été complétées avec la Ville afin de modifier le règlement de zonage du terrain. Cette demande était nécessaire à la réalisation de tout projet, qu’il s’agisse de l’implantation d’une salle de spectacle ou d’une auberge, deux dossiers dans la mire de la troupe. La requête de Robert Doré a été acceptée par le conseil d’arrondissement de Jonquière, réuni mardi soir.

La résolution autorise donc l’usage d’un théâtre à l’intérieur de l’ancienne église et un usage complémentaire de gîte du passant dans une partie de l’ancien presbytère de la rue Hocquart. Actuellement, l’église sert d’entrepôt à Québec Issime, mais aussi de lieu de diffusion de son spectacle Party, présenté seulement pendant la période des Fêtes. La troupe Les Fous du roi s’y entraîne également.

«Quand ils ont fermé le Palace, on a eu un permis temporaire pour présenter des spectacles. Mais il fallait que la réglementation change et que le terrain soit dézoné. Ça prenait un formulaire spécial. On en a profité pour ouvrir toutes les portes. Si on a un projet, on n’aura pas besoin d’en faire la demande», a expliqué Robert Doré.

Selon ce que laisse entendre le producteur, certains représentants municipaux ont remis en question l’aménagement d’une salle de spectacle à l’église Saint-Jacques, ce qui pourrait concurrencer des lieux de diffusion existants. On lit notamment entre les lignes le Théâtre Palace Arvida. La salle du boulevard Mellon est fermée depuis bientôt quatre ans, ce qui a d’ailleurs provoqué la présentation de spectacles par Québec Issime à l’église Saint-Jacques. La réouverture du Palace est cependant espérée en 2019, bien que Québec n’ait pas encore annoncé sa participation financière, dont le projet de rénovation est tributaire. Robert Doré fait valoir que l’acquisition de l’église Saint-Jacques par son entreprise a permis de donner une seconde vie à l’immeuble et de le maintenir en bon état, un facteur non négligeable pour le voisinage.

«Ils ne peuvent pas nous en empêcher. C’est un beau lieu, qu’on utilise et qu’on entretient. Qu’est-ce que la population aime mieux, qu’on ait une autre église Saint-Laurent, Saint-Joachim ou Sainte-Cécile?», lance Robert Doré, qui ne croit pas que la réouverture du Palace se fera à court terme. Le producteur ne s’avance pas plus loin au sujet des projets à venir, incluant celui concernant l’ouverture d’une auberge, mais se dit heureux d’avoir les coudées franches avec la Ville, un élément qui facilitera nécessairement la concrétisation d’initiatives diverses par Québec Issime et ses artisans.