L’inventeur Sylvain Ouellet a signé cette semaine une entente de distribution des évents chauffants Tube-O-Toit qui seront sur les tablettes de 350 quincailleries au Québec et dans cinq provinces canadiennes. Il a apparaît sur la vignette (à gauche) en compagnie de Michel Sévigny, acheteur au département chauffage combustible au Groupe BMR.

Le Tube-O-Toit dans 350 quincailleries

L’inventeur du Tube-O-Toit, Sylvain Ouellet, est sur le point de réussir un coup de maître puisque son appareil destiné à prévenir le gel des évents de maison et les mauvaises odeurs sera distribué sur les tablettes de 350 quincailleries du Groupe BMR dans cinq provinces canadiennes.

L’inventeur de la route Madoc a signé la semaine dernière une entente de distribution avec la direction de BMR, ce qui ouvre la porte à un marché potentiel de plusieurs millions de résidences.

En entrevue, M. Ouellet mentionne que l’automne dernier, il était en discussion avec Groupe BMR pour tenter une percée avec son nouveau produit. Il ajoute que la publication d’un reportage dans Le Quotidien en janvier dernier a fait évoluer son dossier à la vitesse grand V, d’autant plus que dans les deux semaines qui ont suivi la publication, il a vendu pour 16 000 $ de chauffe-évent. Les discussions se sont poursuivies et BMR a effectué les vérifications nécessaires pour que le Tube-O-Toit réponde à toutes les exigences nécessaires de la part de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ). « BMR ne veut pas avoir aucune réclamation reliée au produit. Ils m’ont demandé de porter mon assurance responsabilité civile à 3 M$ tandis que le fabricant de fil est assuré pour 25 M$ ».

L’autre demande du groupe à M. Ouellet a consisté à améliorer la présentation du produit dans une boîte de carton un peu plus « design », une opération qu’il est sur le point de compléter. La signature avec BMR ne pourrait être qu’un début puisque des discussions ont cours avec d’autres chaînes pour la distribution dans le reste du Canada et les États du nord des États-Unis.

Hydro-Québec 

Un autre développement concernant le Tube-O-Toit provient de l’intérêt que porte Hydro-Québec pour l’appareil, notamment pour son introduction au Nunavik, dans le nord du Québec. « Je suis en pourparlers avec Hydro-Québec qui souhaiterait faire certifier le chauffe-évent Énergie Star. Deux appareils ont été testés à moins 52 degrés et ça fonctionne. »

Il faut savoir qu’au Nunavik, selon M. Ouellet, Hydro-Québec est fournisseur d’électricité produit à partir de groupes électrogènes alimentés au pétrole pour les 30 000 bâtiments qui s’y trouvent. La société d’État surveille constamment la consommation tandis que le rude climat met à l’épreuve les systèmes de ventilation sanitaire. 

Maintenant que l’étape de commercialisation semble sur le point de démarrer, M. Ouellet prépare l’étape de la mise en production qui sera effectuée dans les locaux de Starwall, au 1227 rue Manic. M. Ouellet affirme qu’il sera possible de produire 200 000 appareils annuellement à raison de 500 unités par jour avec quatre travailleurs.

Même s’il s’agit au premier abord d’un produit ayant un caractère saisonnier, M. Ouellet croit que le Tube-O-Toit trouvera preneur chez les acheteurs de maisons neuves en raison de sa certification auprès de la CMMTQ. En 2018, les prévisions font état de 40 500 mises en chantier de résidences neuves qui s’ajouteront au parc de 15 millions de maisons existantes au Canada. 

« J’ai passé pour un fou plusieurs fois avec mon invention, mais se faire reconnaître par une grande chaîne comme BMR, c’est un accomplissement personnel », conclut l’inventeur.

Ce dernier prévoit faire connaître davantage son chauffe-évent lors de la prochaine édition du Salon Expo-Habitat.