Guy Larouche, Michel Ratté et Christian Perreault ont annoncé leur volonté d'implanter une liaison aérienne à Roberval. La population et les gens d'affaires seront sondés. La clientèle serait transportée à bord d'avions King Air comme celui que l'on voit en arrière-plan.

Le transporteur Max Aviation intéressé à desservir Roberval

Roberval désire attirer un transporteur aérien et sonde la population et les gens d'affaires pour connaître leur intérêt et leurs besoins.
« Il faut savoir avant tout ce que les gens veulent. On ne veut pas dépenser de l'argent des contribuables dans le vide. Nous, on met tout en place pour accueillir un transporteur à notre aéroport. La balle est donc dans le camp de la population et les gens d'affaires », a mentionné le maire Guy Larouche, lundi matin, lors d'une conférence de presse.
Un premier sondage est en cours de réalisation auprès de 75 entreprises et organismes du secteur. Depuis hier, un sondage internet est disponible pour connaître le point de vue de la population.
Il s'agit de la première étape à franchir pour que l'entreprise Max Aviation décide d'aller plus loin dans ses démarches pour offrir le service de transporteur pour diverses destinations au Québec. « On va suivre cette première étape avec intérêt. Nous sommes intéressés à nous implanter à Roberval. Il y a une belle volonté de développement à Roberval, mais il faut que ça soit rentable pour nous avant toute chose. Après le sondage, si c'est concluant et que nous avons des chiffres, nous allons réaliser un plan d'affaires », a mentionné le président de Max Aviation, Michel Ratté.
Et pour que ça soit rentable, il faudra que les avions de neuf places de la compagnie soient presque pleins pour chaque vol.
Michel Ratté estime qu'il y a un marché en région. « Est-ce qu'il pourrait y avoir des ententes avec d'autres aéroports des environs ? C'est que nous allons évaluer. Nous sommes spécialisés dans le nolisement et on sent qu'il y a un besoin à travers le Québec pour le service de liaison aérienne », a-t-il souligné.
Rappelons que le dernier transporteur qui a proposé un service régulier à Roberval a été Pascan aviation, jusqu'en 2013. Avant eux, Air Creebek a offert le transport Roberval-Montréal pendant plusieurs années. Le service a été abandonné en 2008. 
Le maire Larouche estime que le prix des billets est un frein important pour que ce marché se développe. « Je siège aux comités des aéroports et je mets de la pression sur les gouvernements pour qu'ils réduisent ou abolissent les taxes pour les vols interprovinciaux. Ce n'est pas normal que ça coûte plus cher aller en Gaspésie que d'aller en Europe », illustre-t-il.
C'est la firme Explorer Solutions qui accompagne la ville dans cette démarche. L'évaluation du sondage sera connue d'ici trois mois.