Le transport adapté sera rétabli à la STS

Les usagers du transport adapté pourront retrouver leurs habitudes et reprendre leurs activités. En effet, après avoir réduit son offre, la Société de transport du Saguenay (STS) rétablit l’intégralité de son service en offrant 6 $ de l’heure de plus aux chauffeurs les vendredis soir et la fin de semaine. Le salaire était en effet le nœud du problème.

La diminution du service en septembre dernier, en raison notamment d’une problématique de main-d’œuvre, avait fait couler beaucoup d’encre. En effet, plusieurs usagers avaient dû abandonner leurs activités en raison de l’arrêt du service. 

Dans un communiqué, la STS explique que cette décision « résultait d’une demande trop élevée de déplacements par rapport aux ressources humaines disponibles chez certains fournisseurs ». 

« Après de nombreuses discussions et tentatives pour limiter l’impact de ces mesures tant pour les organismes que pour les usagers du transport adapté, la STS met en place une solution qui permettra le rétablissement du service, le vendredi soir et la fin de semaine, à compter du 22 novembre », peut-on lire dans le communiqué.

Cette solution, c’est le bonus de 6 $ de l’heure qu’offrira la STS aux chauffeurs qui acceptent de travailler le vendredi soir et les fins de semaine, en transport adapté. 

Le salaire tournait autour de 12,75 $ de l’heure, ce qui freinait les potentiels chauffeurs. 

Le conseiller municipal de Saguenay, qui était responsable de trouver des solutions, Jean-Marc Crevier, a confirmé que le nœud du problème était le faible salaire. « Les sous-traitants ont bonifié leur salaire de base à 15 $ et nous, nous leur ajoutons un 6 $ de l’heure en bonus. Ce que nous voulions, c’est que les chauffeurs aient vraiment 5 $ de plus de l’heure dans leurs poches, alors nous avons mis 6 $, soit 1 $ de plus pour les avantages sociaux », a indiqué M. Crevier, dans une entrevue accordée au Quotidien. 

Le directeur général de la STS, Jean-Luc Roberge, tient cependant à apporter un bémol. Selon lui, l’aspect salarial n’était pas le seul élément en cause dans le problème de main-d’œuvre et d’autres solutions « durables et à long terme » devront être trouvées pour assurer le service. 

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, se réjouit quant à elle de cette nouvelle. « Les personnes à mobilité réduite pourront compter à nouveau sur ce service essentiel pour elles et leur famille. Je suis très heureuse de voir que les intervenants dans ce dossier, la STS, Intercar et les membres du conseil d’administration de la STS, aient pu trouver une solution afin de permettre à ces usagers de pouvoir se rendre à leurs activités. »

De son côté, le conseiller municipal Jean-Marc Crevier explique que la STS a travaillé en collaboration avec son principal fournisseur de service, Intercar, « afin d’offrir une bonification salariale aux employés qui effectueraient des déplacements lors des périodes précédemment visées par les coupures de service, soit le vendredi soir ainsi que la fin de semaine ».

La STS effectue 200 000 déplacements annuellement, ce qui représente une moyenne de 850 transports quotidiennement.