Bien entendu, Alain Gagnon a réitéré aux deux ministres son souhait que les usines du Complexe Jonquière puissent profiter du même tarif que celles d'Alcoa.

Le syndicat d'Arvida satisfait de l'écoute

Pour une nouvelle fois, les syndiqués de l'Usine Alma et ceux du Complexe Jonquière ne sont pas sur la même longueur d'onde.
Alors que le président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma, Hugues Villeneuve, a affirmé hier que ses membres se sentent abandonnés par le ministre Alexandre Cloutier, son homologue jonquiérois, Alain Gagnon, affirme avoir une « très belle écoute » de la part des ministres régionaux.
M. Gagnon, du Syndicat National des Employé(es) de l'Aluminium d'Arvida, a rencontré le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, hier. Il avait auparavant rencontré le ministre des Transports, des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault.
« Ils nous offrent une collaboration exemplaire, a dit M. Gagnon, en entrevue téléphonique. Oui, je me retrouve dans le champ opposé par rapport à Alma. Je le sais. Nous n'avons pas les mêmes enjeux. Eux ont une usine neuve sous les pieds. Moi, je me retrouve dans une situation où si l'on ne fait rien, on ferme en 2016, sans projet devant moi. Ça touche 900 personnes, les précuites. »
Hier, dans Le Quotidien, M. Villeneuve déplorait que Alexandre Cloutier, député de Lac-Saint-Jean, n'aie pas tenu sa promesse de rétablir le rapport de force en ce qui a trait aux fameuses ententes secrètes qui avaient obligé Hydro-Québec à acheter pour environ 148 M$ d'énergie dont elle n'avait pas besoin, durant le lock-out à Alma. Les syndiqués almatois se sont sentis « abandonnés », selon leur propre terme, par M. Cloutier. Ils craignent que la situation se reproduise si un conflit de travail éclate en 2015.
Tarification
Bien entendu, Alain Gagnon a réitéré aux deux ministres son souhait que les usines du Complexe Jonquière puissent profiter du même tarif que celles d'Alcoa.
« Ils se sont montrés ouverts, réceptifs. »
Alain Gagnon rappelle que le ralentissement économique fait que les phases 2 et 3 sont retardées. « On trouve des solutions tant que nous sommes en vie. On adresse tous les chemins possibles pour garder les précuites le plus longtemps possible. Avant même l'annonce pour Alcoa, on visait déjà une prolongation jusqu'en 2017. Déjà, on sait qu'il n'y aura pas d'annonce en 2014, comme l'a confirmé Jacynthe Côté (chef de la direction de RTA). Si je suis chanceux, on aura une annonce en 2015. Ça prend 40 mois à bâtir, donc il n'y aurait rien avant avril 2018. C'est important d'avoir le prolongement pour garder ces 900 emplois. »
Alain Gagnon ne rencontrera pas d'autres ministres tant que la campagne électorale ne sera pas terminée.